Veuillez vous connecter pour entrer dans le nouveau monde des Samurais !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Tennô et les Reliques du Passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Akamatsu Tennô
avatar
| EMPEREUR |




MessageSujet: Tennô et les Reliques du Passé   Sam 14 Déc - 20:19

Monument titanesque, dont la démesure n’a d’égale que l’ambition de l’être qui l’avait bâti, le palais impérial dominait  Ôyashima depuis le Mont Shôten. Il représentait l’hégémonie d’un homme  sur tous les peuples ; il symbolisait l’ascension d’un mortel parmi les Dieux.

Cet être n’était autre que Tennô Akamatsu, Empereur d’Ôyashima. Depuis son intronisation, il ne s’était montré qu'en de rares occasions. C’était justement, un de ces rares instants, qui se présentait aujourd’hui. L’Ordre Impérial était un devoir instauré depuis la création de l’Empire. Il s’agissait d’une convocation sommant les seigneurs appelés à se rendre sur le champ au palais pour une réunion extraordinaire, attestant d’une situation critique, mais aussi de la soumission de tous les clans. Aucun refus n’était autorisé, sous peine de sanctions.

Six d’entre eux étaient là, alignés, se tenant droits devant cinq marches de marbres, surplombées par deux gigantesques portes d’or et de feu. Ils ne pouvaient qu’attendre, immobiles et en silence. Ils savaient tous qu’il était là, derrière. Lui aussi attendait patiemment, sachant pertinemment qu’ils étaient tous en son pouvoir.


Les portes s’ouvrirent dans un bruit sourd, laissant apparaitre une ombre imposante.  Elle s’avança et ils purent distinguer une grande carrure, parée d’une tenue noire et rouge flamboyante. Bien que ample, il était aisé de deviner que se dessinait sous ces habits un corps puissant et fort. Sa barbe et ses cheveux blancs laissaient transparaitre un certain âge, mais les traits de son visage, les nombreuses cicatrices  qui le défiguraient, ainsi que son regard intense et froid, leur faisait comprendre que l’homme, qui se présentait devant eux, vivrait encore longtemps sans fléchir. Il était maintenant à quelques mètres d’eux. Il n’avait pas descendu l’escalier et n’était donc pas au même plan qu’eux. En vérité, il les dominait tous.Il les dévisagea un à un pendant de longues secondes, sans qu’une seule pensée, ni aucune émotion n’émane de lui. Puis les secondes devinrent  minutes…

« Je suis  l’Autorité Suprême. Je suis le Passé de vos Aïeux et le Futur de vos Enfants. Je suis la Volonté même des Dieux ! Je suis le maitre de ce pays, par conséquent rien, ni personne ne peut m’échapper en ce royaume.
N’oubliez jamais... Qu’il serait insensé de me défier ! »


Un instant seulement, son regard parut s’attarder sur les descendants de Sakuma et d'Ôsaki. Sa voix était rauque et son ton autoritaire. Il n’avait pas vociféré, pourtant ses paroles se répandirent en écho dans toute la salle. Il avait tout du charisme naturel, qui menace et protège à la fois. Sans savoir comment, la légitimité de sa fonction s’imposait à tous.


« Je vais maintenant vous exposer la raison de votre présence ici... »


Son discours se fit plus solennel et son regard envieux.


« Cela fait plusieurs années que mes guerriers les plus expérimentés  parcourent ce pays à la recherche des trois reliques légendaires… Sans succès. »

Il marqua un temps.

« Mais aujourd’hui cette quête prend fin ! »

Sans aucune transition, il poursuivit ses propos avec une certaine nostalgie.

« A la fin de la Grande Guerre un clan secondaire avec un effectif dérisoire, dont vous ignorez tous l’existence a été décimé. Il menaçait la création du Saint Empire. Il maitrisait l’Alchimie dans un art quasi parfait, science obscure, qui, je vous le rappelle, est aujourd’hui interdite. Il semblerait qu’ils y aient eus des survivants. Une erreur inacceptable du passé, que vous allez corriger…»

Un serviteur plutôt grand en tenu protocolaire l'avait rejoint, tenant en ses mains trois parchemins.

« Ce groupuscule à prouver que la légende était réalité, en découvrant les sanctuaires qui les abritaient et a déjà en sa possession le miroir de Yata. Il s’apprête à s’emparer des deux autres artefacts et mettre un terme à la paix instaurée. Aucune des escouades envoyées n’a pu les arrêter, mais ont néanmoins servi à recueillir de précieuses informations. »

Il se tint fièrement devant eux, leur adressant ses exigences.

« Seigneurs d’Ôyashima, il est temps de me prouver votre loyauté !

Daîdoji Nobuyoshi  et Mogami Jinpachi vous vous rendrez aux ruines de Meikyû. Vous y trouverez  l’entrée d’un labyrinthe, renfermant l’amulette Magatama

Sakuma Yuki et Ôsaki Heiichirô, à la grotte de Dôkutsu,  pour l’épée de Kusanagi. »


A cette dernière annonce, le serviteur parut interloqué. Il s'apprêtait à prendre la parole, mais il lui suffit de croiser les yeux impériaux pour comprendre que certains mots pouvaient causer la mort.

« Enfin Akamatsu Seito et Kamiizumi Musashi, vous infiltrerez directement le repère de l’ennemi à la frontière Nord, dans la tour de Tô, et vous vous emparerez du miroir.

Selon mes directives, la Dame Uesugi, ainsi que les seigneurs Hayashi et Ryûzôji ne participeront pas à cette mission. Des hommes de leurs clans ont été néanmoins affectés aux différents groupes formés en gage de tribut. Avant que vous ne quittiez ce lieu, le serviteur que voici vous en donnera les noms et vous remettra un parchemin indiquant avec précision la localisation  des sites où vous vous rendrez.

Votre ordre de mission consiste à me ramener les trois reliques et à annihiler définitivement  les ennemis de l’Empire à n'importe quel prix. Aucun échec ne sera toléré !

Montrez-moi votre valeur et accomplissez la volonté de votre Empereur ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mogami
avatar
| Padawan |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: 戦士の火の馬 (Senshi no hinouma)
Clan: Mogami


MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   Lun 16 Déc - 0:18

Quand les émissaires de l'empereur vinrent transmettre au seigneur Mogami l'invitation solennelle et soumise au refus d'être éconduit, celui-ci réprima un juron de colère. Non pas qu'il soit adressé à l'empereur lui-même mais plutôt qu'il avait d'autre projets en tête a ce moment là.
Il prit ses disposition et ordonna a son seigneur de guerre de prendre le commandement suprême du clan le temps qu'il se rende a cette convocation. Désireux de bien paraître, il fit le voyage jusqu'à la cité impériale en chariots a porteurs accompagné d'une petite escorte montée et de quelques hommes à pieds pour porter fièrement les armoiries de son clan.

En chemin il repensa au fait que tous les autres seigneurs allaient eux aussi être présent. Cela ne le disait rien qui vaille. Les savoir dans la même pièce que lui ne lui inspirait pas un grande tranquillité d'esprit. Il les savait tous pour la plupart assez fourbes et retords pour tenter de faire valoir leurs propres intérêts même si cela put leur coûter le peu d'honneur qu'ils avaient encore. Néanmoins il considéra que la grandeur de l'empereur leur imposerait probablement de rester sagement à leur place sans tenter quelques fourberies que se soit.

Une fois arrivé au palais il se rendit compte qu'il était arrivé le premier et attendit dans les quartiers qui lui avaient été attribués que les autres seigneurs fassent leur entrée.Ainsi deux jours plus tard la congrégation seigneuriale fut au complet et tous furent reçus dans la grande salle du trône qui remisait par sa magnificence la désuétude obsolète des palais seigneuriaux. Jinpachi ne pouvait que le reconnaître l'Empereur Akamatsu avait les moyens de sa grandeur.

Écoutant dans un silence respectueux les injonctions de ce représentant des dieux sur terre, Jinpachi ne put retenir un soupire de soulagement quand il apprit qu'il allait devoir partir en campagne de "chasse au trésors" avec le seigneur Daîdoji. A celui-ci au moins il ne pouvait rien reprocher en particulier. d'autant plus qu'étant d'un age certain, il s’avérerait probablement moins futile et inconstant que les jeunes seigneurs des autres clans. Cela dit il ne perdit pas de vue que ce vieux loup là avait un coffre à ryo à la place du cœur et que sa vénalité était légendaire.

En prenant acte ensuite de la mission qui leur était confié il fit mentalement l'inspection de ce qu'il savait à propos des ruines de Meikyû. A vrai dire a part le nom et les quelques légendes qui couraient sur ce lieu, il ne connaissait pas grand chose. qu'a cela ne tienne, il consulterait la grande bibliothèque du palais impériale pour en apprendre un peu plus et savoir où il allait mettre les pieds Et tout ça pour quoi? pour une amulette ... l'esprit de Jinpachi désapprouva la futilité de cette quête. il ne voyait pas l’intérêt de s’embarrasser d'une breloque quand seules les armes permettaient de tenir en respect tout un peuple. Car après tout ce clan maudit avait été éradiqué. L'amulette devait probablement avoir une bien grande valeur pécuniaire ou magique pour que l'Empereur veuille à ce point s'en emparer. Mais puisque l’Empereur avait parlé ainsi , il allait s'y conformer.

Une fois les consignes Impériales transmises, Il salua respectueusement le trône que l'Empereur venait de quitter. Protocole oblige. Et attendit de se retrouver seul avec le seigneur Daîdoji pour lui tenir ces termes:

"J'espère que cette amulette Magatama vaut le coup de nous faire quitter nos responsabilités. Nous nous retrouverons donc pour cette quête".

Puis il salua Nobuyoshi cordialement avant de prendre congé  pour se retirer dans ses quartiers afin de faire porter la nouvelle de son absence prolongé à ceux de son clan.


HRP:
 

_______________________________



"Rien n'arrête la montagne quand elle crache le feu"
Fiche~Relations~ Bilans Rp
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Daîdoji Nobuyoshi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: L'homme le plus fort du monde!
Clan: Daîdoji


MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   Mer 25 Déc - 16:02

Nobuyoshi fut l'un des derniers Seigneurs a faire son apparition dans la capital impériale.Il n’était pas venu a la tête d'un gros contingent de samouraï, a quoi bon dépenser en frais inutile, le pays était en pays, tous du moins pour l'instant et personne n'oserait s'en prendre a lui sur invitation personnel de l'empereur.

Tenno pensa t'il, voila bien vingt ans que celui qui était jadis son ami d'enfance n'avait pas cru bon prendre la peine de faire appel a lui. Pendant plusieurs jours il avait hésité a répondre a l’ordre mais la curiosité l'avait emporté.

Tous ces jeunes Seigneurs présent lui était pour la plupart inconnu, était il donc si vieux qu'aucun homme de sa génération ne soit plus de ce monde. Il croisa quelques regard intrigué mais s'en détourna, tous ces gens ne l’intéressait pas et il n'avait plus l'age de faire des politesse hypocrite.
Puis vint Tenno qui fit enfin son apparition, non pas Tenno pensa t'il en croisant le regard impitoyable  de son ami d'enfance, cette homme n’était plus que l'empereur et seul le pouvoir comptait a ses yeux.
Puis il écouta ses histoires de quêté et d’artefacts magiques. L'empire n'avait donc pas mieux a envoyer qu'un quinquagénaire pour courir a travers tous le pays pour trouver une amulette..
.
Et qui plus est en compagnie d'un certain Mogami Jinpachi,un samouraï qui se hissa au rang de seigneur a la force de l’épée.Il laisserai la gloire a cette homme de chercher ce pendentif magique lui ne s'occuperait que des richesses qu'il pourrait tirer de cette quette.
Nobuyoshi sortit de ses pensés en voyant l'homme en question l'interpeller, il l’écouta puis répondit.


"...Allons jeune homme, seul la volonté d'empereur prime..."

Et mon enrichissement personnel pendant ce voyage omit t'il d'ajouter en voyant mogami quitter les lieux
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akamatsu Tennô
avatar
| EMPEREUR |




MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   Mer 14 Mai - 0:06

Quelques semaines plus tard...



Une immensité d'or et de feu. Il était là, imposant et tout puissant en ce royaume, qui était désormais le sien. Encadré par l’ouverture de ces immenses portes de marbres et de lumière. Face à lui, des condamnés revêtus de leurs plus beaux habits.

« Mon autorité est incontestable et je n’ai qu’une parole »

Tennô Akamatsu n’avait pas changé depuis sa dernière apparition. Il s'était cependant mis à leur niveau cette fois. Il les dépassait pourtant tous et tous purent ressentir la férocité de ce corps gigantesque, qui traversait les âges. A sa droite, un serviteur, tenant en ses mains, apposée sur un linceul blanc, une épée : Kusanagi, la destructrice, du moins le pensait-il.

« Je ne pensais pas que ceux qui le comprendrait le mieux seraient les descendants de mes ennemis d’antan…»


Aucune émotion n'émanait de sa voix. Il se contenta de plonger son regard dans ceux d’Ôsaki Heiichirô et Yuki Sakuma, pour la première fois. Sans doute, persistait-il à essayer de saisir leur véritable intention, mais la question qui lui brûlait véritablement les lèvres était : Comment étaient-ils sortis du tombeau construit pour eux ?

« … et que celui qui me décevrait le plus serait le sang de ma digne lignée. »

Il ne prit pas la peine de regarder son neveu, Seito Akamatsu, à genoux, les poings appuyés sur le sol, le regard à terre et le tronc dénudé, d'où pendait à son cou une amulette en jade. Un homme d’aspect robuste, en armure impériale, le visage masqué par une tête de démon, se tenait derrière lui, un large fouet aux lanières noires entre les mains. Il était difficile de juger combien de fois la chair avait été frappée, tant les capacités du jeune héritier s’étaient accrues ces dernières années.

« C’est la deuxième fois en réalité, qu’un membre de ma propre famille, en qui j’accorde toute ma confiance me déçoit terriblement »

Tous comprenait l’allusion, tous connaissait l’Histoire. La débâcle du Général Akamatsu, frère de l’ancien seigneur et père du nouveau régent. La sentence fut sans appel pour ce traitre de la nation. Impossible de percevoir la moindre faille chez son fils, aujourd’hui dans la même position. Un jeune homme, dont le passé paternel marquait aussi sa vie, se tenait à ses côtés. Musashi Kamiizumi, debout le regard fixe, était tacite. C’était Seito qui avait narré le déroulé de leur mission. Il avait volontairement négligé deux détails capitaux : Leur divergence quant au sort de l’Alchimiste et la fuite de ce dernier.

«De qui que ce soit, je ne tolère pas l’échec, ni la trahison. Des recherches incessantes seront menées quant à la soudaine disparition de Mogami Jinpachi et Daîdoji Nobuyoshi...»

Son ton fut cinglant. Le fouet lui aussi virevolta une nouvelle fois dans les airs, mais d’un geste lent et impérial, il fut interrompu.

« Sans doute ai-je été trop tolérant à ton égard… »

D’un même mouvement vif et précis, démontrant que ses aptitudes n’avaient pas tari, il saisit l’épée et effleura la jugulaire de sa victime. S'attardant sur la frêle attache de l’amulette, il la rompit aisément. Puis poursuivant, presque langoureusement, la pointe finement aiguisée s’arrêta sous sa clavicule. La lame appuya sa peau et s’enfonça nettement encore un peu plus. Lentement, elle déchira la chair luisante.

Tous attendait perversement le résultat. Du sang jaillit. Encore et toujours. Sans jamais cesser. Les regards parurent médusés, mais ce ne fut rien comparé à celui, dont le pouvoir venait d'être vaincu. Il eut pour seul recours et unique réflexe (jamais acquis) d’apposer ses mains en croix contre sa poitrine, face à un une situation qui le dépassait complètement. Dans un dernier râle il tomba à terre.

« Je n’ai pas encore décidé que tu devrais mourir. Que ses blessures soient pansées. »

Des soldats se précipitèrent et ramassèrent le corps. Quand ils eurent disparut, le silence régna de nouveau. Aucun protagoniste n’avait fait le moindre mouvement. Mais chacun savait, l’ébullition qui naissait chez les autres. Une flaque de sang conséquente entachait maintenant la beauté quasi parfaite de ce lieu sacré. L’amulette logeait là, au milieu du liquide substantiel.

« Elle appartenait à son père. Elle est importante pour lui. Ramasse là et rends lui »

Il venait de s’adresser à l’orphelin le plus connu de tout Ôyashima. Alors que l'Empereur semblait faire demi tour pour quitter l'assemblée, Musashi Kamiizumi tendit  le bras. De nouveau le son de l’acier fendant l’air. L’instant d’après, il avait l’amulette en main. Il lui fallut quelques minutes à lui et aux autres, pour comprendre que son bras gauche gisait désormais là, dans une mare de sang plus abondante encore, détenant fermement dans sa paume le précieux bijou. Tennô Akamatsu ne se retourna pas, ne prêtant guère plus d'attention à la protectrice de sa nouvelle victime, lui qui ne craignait pas la Mort.

Ils avaient fait perdre à l’Empereur une relique inestimable. Ils venaient chacun d'eux d'en offrir une, précieuse pour eux. Telle était la Justice de l’homme qui avait conquis les cieux, telle était désormais sa Loi qui régissait ce monde. Les grandes portes se refermèrent dans un grand tumulte, laissant libre cours aux cris des hommes…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamiizumi Musashi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shikai
Surnom: Saishin no Outsuke
Clan: Kamiizumi


MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   Mer 14 Mai - 17:30

" Le Monde est ainsi fait. Chacun de tes actes aura des conséquences sur ton futur. Ne l'oublie jamais.

C'est lorsqu'un Homme se sent en sécurité, que la fatalité de ses actions s'engouffrera dans son chemin. Les obstacles parsemés, provoqueront l'envie de se plonger dans la noirceur de l'abandon. Mais tu ne dois jamais renoncer.

La vie d'un Samouraï se jauge à sa volonté. Si tu peux te relever après une défaite, et conquérir la victoire avec humilité, alors les Kamis te vénèreront. Tu marcheras dans le Nirvana à leurs côtés et je t'attendrais avec fierté.

Tu n'es pas seul mon fils, Shingen Kamiizumi. "




Seito tomba au sol dans une mare de sang. Même les dons accordés par les Dieux tremblaient face au pouvoir de la légendaire épée de Kusanagi. Son cri de frayeur et d'incompréhension fit écho dans l'âme de Musashi. Son homologue avait endossé la responsabilité de leur échec avec dignité. Toutefois, l'Empereur venait d'acquérir une arme capable de vaincre les cieux. Ôyashima regretterait à jamais d'avoir enfanté un Tyran, dont la puissance dépassait les Mortels et rivalisait avec celle des Immortels.

« Elle appartenait à son père ...  Ramasse là et rends lui »
Le dernier Kamiizumi se baissa et tendit son bras gauche pour attraper l'amulette. Un éclair traversa son champ de vision. Il regarda son bras gauche se détacher de son buste et chuter inlassablement vers le flot pourpre. Sa respiration s'arrêta. Ses yeux s'écarquillèrent face à la vue de son membre gisant, inerte, la pierre de jade en main. Sa respiration se saccada. Il dirigea ses pupilles tremblantes en direction de Tennô qui disparut derrière les portes de Feu. Sa bouche s'ouvrit lentement tandis qu'il observa le haut de son corps mutilé. Un hurlement de terreur sorti de son gosier. Un nouvel éclat résonna dans l'enceinte de la cité impériale. Sa voix s'évanouit sous le manque d'oxygène tandis qu'un goût de bile vint s'immiscer dans sa gorge avant de se déverser dans les airs.

Tout se bouscula dans sa tête. Ce monstre, ce démon, cet être au-dessus des humains venait de devenir son bourreau. Sa main droite chercha à s'emparer de son katana mais ses forces le quittèrent instantanément. Sa silhouette bascula sur le côté avant de dégringoler lourdement sur le sol dans son propre sang. Des vertiges s'emparèrent de son esprit, le regard dans le vide, la moitié de son visage peint de rouge. Sa vue devint floue, alors que la douleur prit possession de son corps entier. Il tendit ses doigts vers son bras immobile, mais ses paupières se refermèrent sur lui, le plongeant dans l'obscurité... Son impuissance resterait à jamais gravée dans sa mémoire.

_______________________________

"Au coeur des ténèbres, je ne cherche pas la lumière.. Je la crée."
Musashi Kamiizumi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shin-kabuki-rpg.forums-rpg.com
Sakuma
avatar
| Dame |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: Akuma No Musume
Clan: Sakuma


MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   Jeu 29 Mai - 15:36

Le bras de Musashi se détacha de son buste sans que la Dame du Sud ne puisse intervenir. C’est dans l’impuissance la plus totale que la beauté froide assista au spectacle macabre qui se profila sous ses yeux. Ses poings serrés témoignaient de la colère et de la frustration qui avaient élus domiciles en elle depuis que l’Empereur avait croisé son regard. Rien n’était laissé au hasard lorsqu’il s’agissait du chef suprême d’Oyashima, et Yuki savait pertinemment que cette punition était aussi la sienne.

Et alors qu’elle gardait un œil sur son vassal, toutes ses pensées étaient pour celui qu’elle considérait comme la honte de l’humanité. Tennô paierait cet acte de sa vie et elle comptait sur Heiichiro pour accomplir cette tâche promptement. Aussi, et sans un mot elle plongea ses pupilles bleutés dans celles du Seigneur déchu, qui n’avait pas manqué une miette de la scène. Sa posture fière et digne témoignait de sa satisfaction. Il était finalement à la place que son père avant lui n’avait pas pu tenir : celle des victorieux, témoins des erreurs de leurs homologues. Et quoi de plus gratifiant pour le paria du pays, que d’obliger son plus ennemi juré à lui témoigner le respect qu’il pensait mériter.

Sans attendre une réaction de la part de son compagnon de fortune, elle se dirigea d’un pas assuré vers son allié. A la vue du téméraire Musashi baignant dans son propre sang, l’Impératrice des morts ne put rester aussi impassible qu’elle l’aurait souhaité. Son corps tout entier se crispa lorsqu’elle croisa le regard du jeune Kamiizumi. Vide de volonté ou de tout sens, il était le même que celui du petit garçon qu’elle avait rencontré quelques années auparavant. Le hurlement qu’il poussa coupa le souffle de la Dame Sakuma, la forçant à stopper sa marche. Elle le sentit à nouveau détruit, comme si cet acte venait de mettre fin à tout ce qui pouvait compter autour de lui.

Mais si Yuki était passée maitresse dans l’art de la Mort, elle était aussi très douée dans l’art de la Vie. Et c’est cette dualité qui la poussa à s’agenouiller près du corps de celui qu’elle avait déjà sauvé une fois. Inconscient de sa présence, il semblait s’être résigné à l’impuissance des ténèbres. L’adoratrice d’Izanami profita alors de cette accalmie pour déchirer un morceau de sa cape, qu’elle enroula autour du moignon qui servirait désormais de bras au Seigneur Musashi. Une nouvelle fois, la Dame du Sud fut confrontée à la singularité de leur relation. Une nouvelle fois pour lui elle avait choisi la vie. Comme si la puissance de leurs deux divinités était si intimement liée, qu’eux même en étaient affectés.

La chef du clan Sakuma se tourna alors vers un soldat de la garde impériale qui, en silence, avait observé la scène. Elle se releva, mais avant même qu’elle ne puisse s’adresser à lui, il fit signe à deux gardes, qui prirent le soin de porter le corps du Kamiizumi jusqu’à une salle de soin. Sans un mot ou une instruction pour son allié de fortune, Yuki se dirigea vers la sortie.

Tôt ou tard Tennô finirait par payer…

_______________________________



« Dans le royaume érigé au nom de la vie, seule la mort gouverne »
Yuki Sakuma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ôsaki Heiichirô
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Gokai
Surnom:
Clan: Ôsaki


MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   Jeu 17 Juil - 21:03

La fatalité. Tombante. Invoquée pour exécuter la sentence arbitraire d'un être impitoyable ; Invoquée pour faire taire à jamais toutes ces voix dissidentes qui parlaient à tort et à travers de complots. Pour assurer la pérennité d'un empire. Celui du Phoenix Éternel, Akamatsu Tennô. Au sein de cette audience, une conspiration avait bel et bien été ourdie en secret, et il n'y avait qu'un seul être ici-présent pour en être l'âme, ce dernier le savait. « Les descendants de mes ennemis d'antan ». À travers des mèches immaculées, le Monarque des terres du Nord-Est, silencieux, croisa ce regard accusateur qui s'était posé sur lui, avant de s'en détourner et revenir vers l'Assemblé, où Seigneurs et Dames se faisaient face en deux lignes bien distinctes. Les bras le long du tronc, le Daïmyo n'avait pu empêcher ses yeux terribles de dévier vers Kuzanagi-no-Tsuguri, présentée aux yeux de tous comme étant la Véritable. On disait de lui, qu'il était habile en subterfuges, mais là, il s'agissait de l'Empereur lui-même. Allait-il s'en apercevoir, peut-être le savait-il déjà.

La fatalité. Cinglante. Étouffant tant bien que mal ces gémissements où la douleur devenait plus forte que toute expression humaine, l'Héritier du Clan Akamatsu, dénudé, subissait le fouet sous le regard pensif de son éternel rival. Quel effet cela pouvait-il lui procurer ? Les lanières de cuir flagellaient cruellement la chair déjà hachée, boursoufflée et sanguinolente, tandis qu'il se le demandait, indéfiniment, en vain.

Balayant la rangée d'en face d'un regard : Où étaient donc Mogami Jinpachi et Nobuyoshi Daîdoji, son précieux allié, se demanda-t-il, au coeur de cette scène morbide où tout allait si vite.

La Fatalité. Hurlante. Un cri de l'âme en détresse, résonnant dans toutes les poitrines, toutes les têtes, figeant le temps. Ses paupières s'écarquillèrent, profondément heurté, le cœur dans sa poitrine en avait raté un battement. Akamatsu Seïtô. Ce rival éternel, cet ennemi déclaré. Celui qu'il avait appris à haïr, dès l'enfance. Cet aspect écœurant, ce reflet inavoué de lui-même tant haï. Tels des jumeaux issus de la même Mère, tout les identifiait. Tous deux nés sous cet empire, battit sur les cadavres de leur famille respective. Cet être.. Cet être, qui partageait une part de ses malheurs, s'était écroulé, abattu, humilié, s'étalant dans cette marre de sang, qui ne cessait de s'étendre sur le marbre glacial. Des soldats de la Garde Impériale le ramassèrent à la hâte, avant de disparaitre, sous le regard médusé de l'Assemblé.
 

Cette posture fière et digne qu'il arborait, n'était qu'une attitude de façade. Intérieurement, des tourments, tels des vents impétueux, le précipitaient vers les ténèbres de l'âme. Il eut, l'espace d'un instant, souhaité voir ce Pays tout entier être rasé, jusqu'à ses fondements. Il se vit en être l'Auteur ; l'Auteur de tous les carnages, l'objet de toutes les haines. La réaction très émotive du public, face à un tout nouveau spectacle macabre, l'extirpa de ses fantasmes obscures.

Kamiizumi Musashi. Extériorisant par le hurlement, cette douleur qui ne le quittera jamais plus, appelée: haine. Le Monarque des terres du Nord-est leva la tête, l'observant d'un œil intéressé. Orphelin en quête d'identité, Guerrier au destin brisé. Tandis, qu'il évaluait silencieusement et à distance, le potentiel de cet intriguant Musashi, Dame Sakuma Yuki, interféra. Seigneurs et Dames, choqués, vidaient peu à peu la Grande Salle d'Audience, ainsi, que l'Impératrice des Morts, après s'être acquitté de son devoir envers son allié. L'opportunité inespérée de l'approcher s'offrait à lui.

Silencieusement, l'Ambitieux Seigneur du Nord se déplaça jusqu'à la Salle des soins, tâchant de ne pas croiser en chemin, les gardes qui avaient fraîchement déposés le Kamiizumi. Il ouvrit la porte d'entrée, entra, puis referma soigneusement derrière lui. Le tout, telle une ombre furtive. Debout, le visage dans la pénombre, il l'observa, avant de s'installer à ses cotés. Ses deux mains se levèrent, menaçantes, l'une s'étalant sur la bouche de la victime, l'autre, se saisissant du moignon. Impitoyable, il écrasa progressivement la chair et les nerfs à vif. Le tissu, enroulé tout autour, s'imbibait à vue d’œil de sang, la douleur, s'exacerbant au plus haut point. Les premiers gémissements, les premières plaintes, furent rapidement étouffés..


« Réveille-toi, Kamiizumi Musashi.. »
Lentement, le Daïmyô relâcha son emprise,
Retirant sa main souillée de sang, se redressant sur lui-même.

« Dormir, est Luxe que Nous ne pouvons plus nous permettre.
En témoignait, le blanc de ses yeux striés de rouge,
Et les cernes
qui les enténébraient.

J'ai vu le regard avec lequel toute cette Assemblée t'a observée, tout à l'heure,
Leur silence, bien plus éloquent que s'ils avaient parlé..

Le Silence reprit ses droits ici aussi,
Il l'invita, par la suite, d'un doigt, à regarder la Cour au travers d'une fenêtre.


Observe attentivement ce Cerisier dont la cime a été coupée,
Affecté par un Traumatisme, Il a perdu de sa noblesse, de sa splendeur,
Observe-le, Kamiizumi Musashi..
Lança-t-il, avec insistance.
Il vit,
Déployant, tout autour du moignon, ses branches,
Avec bien plus de Vigueur que ses fiers voisins..

Cet Arbre est un parfait symbole de Résilience,
Yeux dans les yeux, profondément convaincu par ce qu'il allait dire.
Et à son Image, tu peux, toi aussi, dépasser ton état actuel..
Revenant sur ses positions, tout en tapotant le torse de l'Orphelin du bout de son doigt.
Grâce à ces forces obscures qui s'agitent dans ta Poitrine,
 Celles que tu redoutes, crains,
Une lueur malsaine dans son regard.
Et, qui t'ont rendu digne de tous les intérêts, à mes yeux..


Amplifiés par des sentiments forts et violents,

Corps et Esprit atteignent les Impossibles, Kamiizumi Musashi..
Serrant le poing, le visage empli d'une virile détermination.
A-t-on souhaité subir toutes ces Humiliations, toutes ces Souffrances ?
Elles ont pourtant fait de Nous, ce que Nous sommes..
Une question ; une prise de Conscience.
Éteignons définitivement toutes ces voix intérieurs,
Desserrant doucement le poing.
Celles de la Raison, qui nous condamnent à l'Immobilité, à l'Abandon.
Car, cachés derrière les Barreaux de notre Lâcheté,
Nous avons rassurés ce Bakemono..

Il se leva, mains sur les genoux,
Le dos rond, le regard dissimulé sous un voile de mèches.


Tu n'étais Personne, auparavant,
Cet Accident a provoqué les remous nécessaires en toi..
Vis, avec le Cruel Souvenir que t'a laissé cette expérience,

Déploie-toi, par le Chikara de tes sentiments, ceux issus de la Haine,
 
Peut-être, alors, Comprendras-tu l'essence du Hukushuushin..

Un pas devant l'autre en direction de la sortie.

 Déchoir m'a enseigné une Leçon de Vie :
La Voie de l'Honneur et de la Gloire est une Quête Vide..

Un dernier regard au seuil d'entrée, dont la lueur transperçait les ténèbres de la pièce.

Nous nous reverrons, Guerrier Déchu.. »

Avant de disparaitre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Tennô et les Reliques du Passé   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tennô et les Reliques du Passé

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Reliques du passé
» [Déroulement] Mission Secondaire #1 : Reliques du Passé
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]
» Pour l'histoire , que s'est-il passé en 1994 entre le Dr Theodore et Lavalas

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shin Sekai :: Shôten (Région du Centre) :: Cité Impériale Tengoku-