Veuillez vous connecter pour entrer dans le nouveau monde des Samurais !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Terres du seigneur Nobuhide (Kikue Mogami - Yuzi Murasuke) [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité




MessageSujet: Terres du seigneur Nobuhide (Kikue Mogami - Yuzi Murasuke) [en cours]   Mar 21 Jan - 19:37

La bataille avait fait rage et le clan l'avait emporté sur le rebelle Izuwa Nobuhide. De nombreux samouraïs avaient péris et une nombre plus grand encore de soldats. Yuzi Murasuke qui avait mené la campagne au nom de Jinpachi Mogami s'était illustré au combat mais avait mis en avant le comportement guerrier de ses hommes. En retour il avait été félicité pour ses actes et lui et ses hommes avaient reçut double soldes de la part de leur seigneur. Yuzi, lui, au moment de se coucher, pensait que c'était peut-être la voie pour devenir Capitaine de l'armée Mogami.

Le jour se leva, le plateau et au loin, les crêtes des montagnes émergeaient d'une mer de nuages. La terre s'échauffait en lâchant des bouffées de vapeur qui planaient quelques instants au-dessus des plantations de thé avant de se dissoudre dans l'air humide et transparent du matin. La rosée perlait encore sur certaines herbes, laissant ainsi s'échapper de minuscules arc-en-ciel au gré des mouvements de la douce brise matinale.

Le réveil naturel, une fois n'est pas coutume, fut agréable. Après avoir passé un kimono beige, il enfila par dessus une tunique noire aux armes du clan brodé dans le dos. Il fit d'abord quelques assouplissements et s'installa en tailleur. Il prit un parchemin, plongea son pinceau dans l'encrier et commença à tracer. Il composa un Haiku


Dans le tumulte de la bataille
dans le silence des morts
seul, avec sa lame et son honneur
le samurai avance sans peur


Il laissa sécher l'encre et roula le parchemin qu'il posa dans sa besace. Il était temps de sortir et de respirer l'air frais du petit jour. Le seigneur était content, il fallait désormais lever le camp et rentrer à Kazan

Levant les yeux sur les teintes mordorées du ciel, yuzi sortit de sa tente et fit quelques pas a l'extérieur. Son ordonnance avait préparé un feu avec de l'eau pour le thé matinal. Une fois une tasse de thé vert rapidement avalée, Yuzi entreprit de pratiquer quelques suburis afin de se mettre en forme pour la journée et pour continuer de respecter ses habitudes. Il attrapa un bokken vieillis et usé par les heures d'entrainement, donc les veines éclatées par endroit faisait apparaitre des tâches légèrement plus clair que le vernis assombris par les années et la sueur.

Alors qu'il débutait la sixième série des mille suburis, un bruit attira son attention. Il suspendit son mouvement et tourna la tête. Une silhouette fine et élancée traversait le camp en contre jour de sa position. Il replaça son ken à sa ceinture et mis une main sur son front en visière.

C'est là qu'il reconnu la nièce de son seigneur, la jeune et belle Kikue Mogami
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Terres du seigneur Nobuhide (Kikue Mogami - Yuzi Murasuke) [en cours]   Lun 24 Fév - 17:51

Kikue n’avait même pas eut à insister auprès de son oncle pour l’accompagner en visite dans un de leur campement avancé, qui venait de réprimer une menace rebelle. Ses interventions et escapades, plus ou moins appréciées, avaient dû être suffisantes et produire leurs effets escomptés sur le chef du clan Mogami. Enfin tout du moins considérées comme elle l’entendait. Elle avait chevauchée aux côtés d’Hada-Haku sur sa petite jument grise en silence, les épaules décontractées mais le dos bien droit et le regard lointain. Une véritable attitude de noble comme on ne l’avait pas souvent vue faire preuve.
Accompagnés de quelques soldats, les deux nobles Mogami était partis peu après le message annonçant la défaite des rebelles. Ils étaient arrivés au camp plutôt discrètement en cours de journée, ils avaient été néanmoins dignement accueillis par les soldats et autres samurai légèrement blessés par les batailles. Leur tente était plus spacieuse que  celles des autres membres du corps armé. Normal me direz-vous.

Tout cet environnement était malgré tout nouveau pour la nièce qui n’avait jamais dormi ailleurs que dans la cité de Kazan. Elle avait mis un certain temps avant de trouver le sommeil, écoutant tous ces bruits étranges que le monde de la nuit offraient, et parmi eux, les ronflements de son oncle.
Tournant et ce retournant dans sa couchette, elle regretta durant une seule seconde son lit dans la cité.
La tête enfouie sous sa couverture, elle se boucha les oreilles jusqu’à sentir le sommeil l’envahir et lui donner cette douce impression de flotter dans les airs.
Ce fut une nuit paisible mais elle fut réveillée de très bonne heure, trop bonne heure, par les rayons du soleil. Se frottant les yeux de fatigue, elle s’étira en prenant note que la prochaine fois, elle dormirait à l’autre bout du camp, loin des ronflements intempestifs.
Rapidement debout elle enfila rapidement le haut du kimono, déchiré en dessous de la taille, qu’elle avait sacrifié lors d’une échappée matinale en forêt et le pantalon qu’elle avait mis ce matin-là.
Elle n’avait même pas voulu que les domestiques le reprise où prennent la peine de coudre un ourlet. C’était presque devenu sa tenue préférée. Souple, pratique, et peu commune pour une fille de son rang, il suffisait d’un peu de paille dans les cheveux et de terre sur les joues et le front pour qu’on la prenne pour une fille de paysan. Un jeu d’enfant.

Le ventre vide et les yeux un peu éblouit par la lumière matinale, Kikue sorti de la tente munie de ses tongs, les cheveux relevés en queue de cheval, et partie en visite autonome du camp. Certains des hommes étaient déjà debout et exécutait leur gymnastique et entrainement matinaux.
Comme dit, elle passait presque inaperçue dans un tel accoutrement. Presque, car l’un d’eux eu l’air de la reconnaitre.
La main en guise de visière, il semblait l’observer ce qui eut don de la mettre légèrement mal à l’aise. Néanmoins, elle s’avança vers lui et le salua :

« Ne vous arrêtez pas pour moi, je vous en prie. »

Elle qui voulait passer inaperçue…
Revenir en haut Aller en bas
 

Terres du seigneur Nobuhide (Kikue Mogami - Yuzi Murasuke) [en cours]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Salut, moi c'est Hadès, seigneur des enfers, ça boume ? ~En cours de modification
» Jeu Le Seigneur Des Anneaux:L'Age des Conquêtes
» Qu'est ce qu'on va s'ennuyer en Terres Immortelles...
» Arrivée d'un Seigneur ébouriffé et d'une blonde Dame
» le trone du seigneur demon!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille-