Veuillez vous connecter pour entrer dans le nouveau monde des Samurais !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Face à la Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité

Invité




MessageSujet: Face à la Mort   Sam 12 Avr - 17:03

Les premières lueurs du soleil venaient à peine de montrer le bout de leur nez que la cité de Shinai commença à entrer en ébullition. En dehors de la cité, non loin de celle-ci, le port ancré dans la baie était à peine visible, recouvert d'une légère brume. Sur le chemin menant à celui-ci, un groupe de cinq personnes se distinguait de la foule. Un daisho à leur ceinture indiquant leur statue, seul les kimono qu'ils portaient ne semblait pas collé à leur étiquette. Un peu sale et en mauvais état, le même que pouvait porter certains paysans. Cependant, ils n'étaient pas inconnu et l'homme à leur tête forçait le respect. Chaque personne prenait le temps de s'incline légèrement devant eux. Il s'agissait de Takanashi Seijuro, le Chef de guerre du clan Sakuma et de ses quatre hommes qui le suivaient en toute circonstance. Ce matin il devait se rendre au port afin de discuter avec le commandant de la flotte qui protégeait la baie d'un exercice visant à améliorer la défense de celle-ci. L'entrevue lui pris le plus gros de la matinée.

C'est en revenant de la cité qu'un message lui parvint. Sakuma Yuki était sur le point de revenir accompagnée du Seigneur des Kamiizumi. Sans perdre de temps il fit parvenir un message au palais pour prévenir que la Dame sera bientôt de retour et que tout devait être mis en place pour son retour. Quant à lui, Seijuro et ses hommes allèrent revêtir leurs armures et atteler leurs chevaux. Puis ils partirent en dehors de la cité à la rencontre de leur Seigneur. Quand les deux groupes furent face à face, immobilisé, le Chef de Guerre s'adressa à Yuki :


" Quelle joie de vous revoir parmis nous. "

Seijuro n'était pas du genre à faire dans les sentiments, mais on pouvait voir qu'il semblait soulagé de voir sa Dame revenue en bon état. Son regard se tourna alors vers Musashi, il inclina légèrement le buste avant de lui dire respectueusement :

" Bienvenue sur nos terres Seigneur Kamiizumi. "

Seijuro lui avait toujours montré du respect malgré la rébellion de son clan. Certes il ne lui adressait que rarement la parole, mais au moins il ne se montrait pas méprisant. Le Chef de Guerre savait qu'il fallait prendre soin de ses vassaux, c'était une question d'honneur. Et surtout, même s'il n'était qu'un vassal, son rang était supérieur au sien et Seijuro savait rester à sa place. Puis, brièvement il regarda la jeune Inga, mais revint rapidement sur Yuki.

" Permettez moi de prendre la tête. "

Un geste de la tête suffit, les deux groupes ne formaient plus qu'un. Une fois arrivée à la cité, l'escorte qui avait cueilli les trois guerriers se dissout et seuls restèrent les deux seigneurs, le chef de guerre et ses quatre hommes. En se dirigeant vers le palais, tout semblait s'arrêter autour d'eux. Les gens de la cité se pliaient tous en deux sur leur passage et ne reprenaient leur activité qu'une fois qu'ils les avaient perdus de vue. Une fois arrivée à la cité, ce fut un troupeau de domestiques qui les attendaient, prêt à satisfaire tous les désirs de leur Dame et de prendre en charge aussi le seigneur Kamiizumi. Avant qu'ils ne se séparent une nouvelle fois, Seijuro adressa quelques mots à Yuki :

" Je vous retrouve plus tard, le voyage a dû être long et fatiguant. Retrouvez-moi quand vous serez disposé afin de me tenir au courant des événements. "

Après s'être incliné respectueusement, le Chef de Guerre prit congé. Cependant, quelques minutes plus tard, il fit demi tour et se dirigea vers le lieu où avait été emmener Musashi. Le Chef de Guerre n'avait pas manqué de remarquer que le Seigneur semblait avoir perdu un membre précieux et avant d'avoir son entretien avec la Dame Sakuma, il se devait de rendre visite à son hôte et ainsi en apprendre un peu plus... Lorsqu'il arriva dans la pièce où cinq domestiques s'empressaient à la tâche, il leur fit signe de les laisser seuls. Ils sortirent avec le regard baissé sans un mot. La pièce n'était pas richement décoré et le seul confort se trouvait dans les coussins qui avait été offert au Kamiizumi pour s'asseoir. Seijuro s'occupa de terminer le thé qui était en court de préparation et une fois fini, il le servit dans deux tasses, offrant l'une au Seigneur et la deuxième pour lui. Mais avant d'en boire une gorgée, il regarda Musashi avec fermeté en lui posant une question direct et franche :

" Un membre ne se perd pas facilement... Que vous est il arrivé ? "
Revenir en haut Aller en bas
Kamiizumi Musashi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shikai
Surnom: Saishin no Outsuke
Clan: Kamiizumi


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Dim 25 Mai - 21:28

" La vie est une guerre permanente contre soi-même. La mort est le repos éternel après ces multiples batailles. Le suicide en est la fuite. Chaque évènement, aussi triste soit-il, te forcera à prendre des décisions qui changeront ton avenir.

N'aie pas peur.

Les regrets sont plus douloureux que les remords, et tu l'apprendras au fil des années. Le doute est l'arme de ces maux qui tyrannisent l'homme depuis la nuit des temps. Le courage en est le remède. Combat dans l'Honneur en suivant la voie du Bushido, et toutes tes craintes s'effaceront.

Tu n'es pas seul mon fils, Shingen Kamiizumi. "

Le voyage du retour s'était déroulé comme dans un rêve... Ou un cauchemar intemporel. Les graines ne s'écoulaient plus dans le sablier du temps. Chaque jour qui passait semblait irréel. Le visage baissé, assit et se balançant au rythme de son cheval, son regard était dans le vide. Devant lui, une boîte en bois qu'il tenait fermement contre lui. Le cercueil de son bras gauche. Cette scène colorée de pourpre resterait inscrite dans ses souvenirs jusqu'à son départ pour le monde de Yomi. Le jour où il vit une partie de son corps rompre face au Tyran de l'Empire.

Deux semaines s'étaient déroulées. Une quinzaine de jours sans mots. Le soleil était au zénith lorsqu'ils arrivèrent aux abords de la cité. Takanashi Seijuro les accueillit avant de les conduire vers le palais royal de Shinai. Celui-ci ne semblait pas avoir remarqué le changement chez le jeune Seigneur. Néanmoins, Musashi n'y fit guère attention et suivit le chef de guerre, toujours accompagné de la Dame du Sud. Une fois arrivé devant le temple, le samurai mutilé se laissa guider par une servante à travers les panneaux coulissants pour arriver dans une chambre peu décorée. Il se positionna devant le grand miroir de la pièce et enleva le haut de son kimono. Ses fines pupilles observèrent son reflet avant de s'arrêter sur sa large cicatrice... Il passa la main sur son épaule scarifiée tout en fixant la partie manquante de sa silhouette. C'était la première fois qu'il voyait son image depuis ce terrible jour. L'évènement qui changea le Seigneur de Saishin pour toujours.

Une voix grave le sorti de son songe. Il entendit le personnel se pressait pour sortir de la pièce tandis qu'un homme entra à pas lent et assuré. Le manchot remit son kimono et se tourna vers Seijuro. Il s'assit face à lui, le dos bien droit tandis que sa manche gauche pendait dans le vide. Le général de la Mort fut honnête. Musashi attrapa la tasse de thé fumante et but une gorgée. La terrible scène se déroula une nouvelle fois dans sa tête tandis que ses prunelles semblaient scruter l'imperceptible. Il posa la tasse et dirigea ses yeux rouges dans ceux de son allié. Les rides de la haine s'accentuèrent autour de son nez et de ses lèvres. Un seul mot pouvait sortir de sa bouche après tant de minutes de silence. Le nouvel ennemi du Sud. L'homme au-dessus des Seigneurs et proche des Kamis. L'être ayant provoqué l'horrible tragédie du clan Kamiizumi.


« L'Empereur. »

_______________________________

"Au coeur des ténèbres, je ne cherche pas la lumière.. Je la crée."
Musashi Kamiizumi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shin-kabuki-rpg.forums-rpg.com
Sakuma
avatar
| Dame |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: Akuma No Musume
Clan: Sakuma


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Jeu 29 Mai - 21:46

Comme souvent, la Dame Sakuma demeura silencieuse et impassible face à la considération de son chef de guerre. Fatiguée du voyage et contrariée par les conséquences désastreuses de l’échec du groupe de Musashi, elle n’était vraiment pas d’humeur à parler et elle le fit amplement sentir à son entourage.

Une fois au Palais, Yuki s’empressa de rejoindre ses appartements où elle retrouva Hanae. Cette seule lueur d’espoir dans la vie de l’Impératrice des Morts suffisait à lui redonner la force nécessaire pour assumer ses responsabilités. Elle serra sa chaire et son sang contre elle pendant plusieurs minutes, puis elle se releva et se dirigea vers la table basse sur laquelle était placée une cuve remplit d’eau. Elle y plongea ses mains avant de l’utiliser pour se laver le visage. Une fois séchée, elle se plaça devant son miroir afin de tresser sa longue chevelure noire. Puis, sans un mot, elle prit une dernière fois sa sœur dans ses bras avant de quitter la pièce. Dans le dédale de couloir, elle prit le temps de réfléchir avant de pénétrer dans ce qui semblait être les prémices d’un conseil de guerre. Elle ne fut pas surprise de retrouver Seijuro dans la chambre de Musashi, déjà prêt à s’enquérir du rapport de la mission. Elle prit place entre ses deux collaborateurs avant de finalement s’adresser à son vassal.

« Je t'écoute... »

Yuki n'avait pas besoin d'en dire plus pour que son allié comprenne l'était d'esprit dans lequel elle était. Il était temps pour lui de délier sa langue et de lui confier son secret, s'il ne voulait pas qu'elle le contraigne à le faire.


_______________________________



« Dans le royaume érigé au nom de la vie, seule la mort gouverne »
Yuki Sakuma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamiizumi Musashi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shikai
Surnom: Saishin no Outsuke
Clan: Kamiizumi


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Sam 31 Mai - 14:47

Le bois plia légèrement sous les pieds d'une femme. Une dame à la démarche féline, prête à bondir sur sa proie à tous les instants. Ses pas réguliers et légers s'approchèrent de la porte coulissante. Yuki Sakuma était là. Elle rejoignit le duo déjà présent et s'assit en tailleur entre les samouraïs. Le Seigneur du Sud balança son regard vers son alliée avant de le diriger vers le sol. Le conseil de guerre pouvait commencer.

« Nous avions le Miroir de Yata en notre possession. Il était entre nos mains. Sa mine se fit plus grave. Puis il s'est élevé dans les airs, et des petits éclairs ont jailli tout autour de l'objet. Un puissant souffle s'est introduit dans la tour. Et un homme est apparu, l'artefact légendaire en main. Son visage se releva encore abasourdi par ce qu'il avait vu. Il ne portait aucun signe distinctif d'un quelconque clan. Il était seul. Enfin, il a sauté par la fenêtre, et s'est évanoui dans les airs. Nous ne pouvions rien faire. Il attrapa la tasse et but une nouvelle gorgée. Nous ne savons pas si c'est un Ronin ou un mercenaire... Toutefois, son aura était grande et teinte de vices. Un nouveau samouraï aux ambitions démesurées veut nous faire savoir qu'il existe. »

L'impuissance, une fois de plus. Le destin de Musashi accordé par les Dieux était sombre et obscur. Son père avait brillé devant les Kamis, mais le dernier Kamiizumi semblait promis à une fin encore plus tragique que celle de son prédécesseur.

« Le Seigneur Saburo Naitô m'a parlé lors de notre combat contre lui. Cet homme est rempli d'un savoir dépassant celle de nos plus vieux sages. Il sait des vérités longtemps oubliées. Il m'a raconté une version différente de l'incendie de l'orphelinat de mes parents... Son poing se serra. Selon lui, le responsable de cette horrible nuit, n'est autre que l'Empereur lui-même ! »

La tension se lisait sur son visage marqué par la colère. Sa logique suprême s'empara de son esprit. Shingen Kamiizumi était un être respecté par tous les habitants d'Ôyashima. Il avait mené une rébellion dans la paix, et avait gagné sa liberté et celle de son peuple face au conquérant Zenji Sakuma. Il avait créé un orphelinat, et sauvé des milliers d'enfants perdus et seuls à cause de la Grande Guerre. C'était un modèle pour la nouvelle génération. Un prophète pour les anciens. Une menace pour les corrompus. Musashi posa ses pupilles dans celles de Yuki.

« Tennô Akamatsu a un pouvoir dépassant tout sens commun. L'épée de Kusanagi est sienne, et le miroir de Yata s'est volatilisé... Cependant, où sont Mogami Jinpachi et Daîdoiî Nobuyoshi ? »

_______________________________

"Au coeur des ténèbres, je ne cherche pas la lumière.. Je la crée."
Musashi Kamiizumi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shin-kabuki-rpg.forums-rpg.com
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Face à la Mort   Dim 1 Juin - 16:19

Observant attentivement son allié, Seijuro ne bougea pas d'un pouce, fidèle à lui même, il resta de marbre quand Musashi prononça le nom de l'empereur... Bien qu'intérieurement il éprouvait de la colère. Si sa réaction était inexistante, elle n'aurait pas était la même si Yuki se trouvait à la place de Musashi. Si l'Empereur ne prenait plus de pincette et se permettait d'amputer les Seigneurs à son bon vouloir, alors il était temps que la paix cesse. La perte de Musashi, vassal des Sakuma, n'était qu'une raison de plus pour amorcer celle-ci. Restant un moment silencieux et profitant de son thé, Seijuro se demandait si Musashi avait déjà pensé à la suite des événements, si pendant le voyage qui l'ammena en ces lieux, il avait eut le temps de penser à sa vengeance... Ou s'il s'était résigné à ne rien faire. Mais le Chef de Guerre ne posa pas sa dernière question car Yuki fit interruption dans la pièce. Bien qu'il n'aimait pas qu'un conseil s'improvise dans une pièce facile à espionner, il était sûr que personne ne pourrait les entendre. Les Ombres devaient faire leur oeuvre à ce moment même.

La Dame du clan s'adressa en premier lieu à Musashi. Seijuro écouta attentivement, essayant de remettre les pièces dans l'ordre afin de comprendre ce qu'il ne savait pas. La première dont il était sûr maintenant, c'est que l'Empereur voulait s'accaprer les trois objets légendaires. Ensuite, il semblerait que Musashi et Yuki n'était pas ensemble et donc que la Dame était en charge de ramener l'épée de Kusanagi. Et pour finir, la confirmation que le Seigneur Daidoji était avec le Seigneur Mogami. La chose la plus rassurante dans tout cela était que l'Empereur n'avait pas la main sur le Miroir. Et même peut être l'apparition d'un nouvel acteur sur Oyashima... C'est alors qu'un léger sourire se dessina sur ses lèvres et Seijuro ne put s'empêcher de dire :


" Il semblerait que Tennô soit en mauvaise posture. Aurait il peur de quelque chose pour vouloir rassembler les trois objets légendaires ? "

Si Nobuyoshi n'y voyait qu'un passe temps de l'Empereur, Seijuro lui pensait que l'Empereur cachait quelque chose.

" J'ai reçu un rapport il y a trois semaines d'un de nos stratèges mentionnant le passage d'un groupe dirigé par un garde impériale à l'un de nos postes frontières. Par mesure de prudence, un groupe d'éclaireurs à reçu l'ordre de les surveiller. Le rapport mentionnait aussi la présence du Seigneur Mogami et Daidoji. "

Peu de personne arrivait à rentrer sans être vu sur les Terres Sakuma. Alors que toutes les routes entrant sur leurs terres possédé un poste frontière qui offrait un point de repos aux voyageurs mais était aussi un moyen de contrôler les marchandises et l'identité, le reste de la frontière était surveillé par de petits postes d'observations, une infrastructure que Takanashi considérait comme le nerf de la guerre.

" J'ai reçu un autre rapport il y a à peine trois jours, seul le Seigneur Daidoji serait resortit du lieu où ils étaient, de plus, l'endroit se serait effondré, malgré l'effort de nos hommes, aucun corps n'a été trouvé. Avec de la chance, peut être qu'un de ces "nouveaux" samurai est passé par là et les a sortis. Quoi qu'il en soit Sakuma-dono, si le Seigneur Mogami ne donne pas de nouvelle, Kazan risque de s'embraser pour trouver un nouveau Seigneur. "

Son visage était redevenu froid. Il savait que si les Mogami changer de Seigneur, leur alliance ne serait plus, bien qu'il était persuadé qu'il leur redemanderai de s'allier.

" Quand au Seigneur Daidoji... "

Seijuro posa le Magatama sous les yeux des deux Seigneurs du Sud.

" Je l'ai trouvé seul dans un de nos villages avec ceci en sa possession. Le Seigneur n'est pas très loin, il est en train de se remettre de ses blessures. Peut être pourrait il nous éclairer sur la façon dont à disparut le Seigneur Mogami. "

Son regard observé Yuki, bien que sur le moment où il avait capturer le Daidoji il n'était pas au courant de la situation de leur allié et qu'il avait été entreprenant, l'état du Seigneur Mogami pourrait bénir son acte.

" Si le Seigneur Daidoji est impliqué dans la disparition du Seigneur Mogami, il me parait évidant qu'ils se mettront en guerre contre lui. Et pour ceci. "

Seijuro designa le Magatama du regard.

" Je ressens les âmes à l'intérieur mais je doute fort que Tennô puisse l'utilisé sans vénérer Izanami. Seul son pouvoir les libérera... "

Il bomba légèrement le torse et dit fièrement.

" Je préfère le redonner au Seigneur Daidoji, qu'il reparte en bonne santé pour livrer le Magatama à l'Empereur et qu'il revienne avec son armée se battre s'il se sent lésé, plutôt que de le garder captif et de le marchander pour éviter une guerre, ce qui serait déshonnorable. "
Revenir en haut Aller en bas
Sakuma
avatar
| Dame |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: Akuma No Musume
Clan: Sakuma


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Ven 6 Juin - 13:57

Sans un mot ni même un regard pour aucun de ses interlocuteurs, l’Impératrice des morts étendit son bras en direction de l’amulette des Dieux. Au contact de l’objet légendaire, sa puissance fit frissonner l’adoratrice d’Izanami, qui ne put garder l’artefact plus longtemps entre ses mains tant son pouvoir la troubla. Elle reposa alors la relique sur la table avant de l’éloigner d’elle. Reflet de la supériorité divine, sa grandeur s’était imposée à elle sans qu’elle ne puisse en maitriser les effets. Elle comprit alors que rien ni personne ne pourrait s’opposer à sa suprématie et que l’arrogance humaine établirait les prémices sa domination. Plus que de simples histoires, les légendes attachées au Magatama étaient bien réelles, et il semblait que rien ne puisse égaler la prééminence des âmes des guerriers emprisonnés dans ce qu’elle considérait comme un cadeau empoisonné.

Mais si l’idée que Tennô puisse mettre la main sur un tel pouvoir lui était insupportable, elle se devait de se concentrer sur la confession de son chef de guerre. Car bien que son initiative soit le reflet de sa loyauté et de son dévouement envers les siens, la capture du Seigneur Daidoji mettait en danger la sécurité de tout le clan, et une telle erreur était inacceptable. La Dame Sakuma plongea alors ses pupilles bleutés dans le regard fier et droit du valeureux Seijuro avant de s’adresser à lui sur un ton presque condescendant.


- J’espère pour toi que la mort de tes frères d’armes ne sera pas vaine…

Même s’il n’en avait pas fait mention, Yuki connaissait la réputation du Seigneur des Montagnes et il était certain qu’il n’aurait jamais cédé l’objet légendaire à son chef de guerre et à ses hommes sans se défendre. Et si elle avait conscience que l’initiative de son bras droit pouvait être aussi fructueuse que dévastatrice, elle préféra se concentrer sur les affaires urgentes plutôt que sur les erreurs de son homologue. Elle posa alors sur la table une bourse de cuir qu’elle détacha de sa ceinture et de laquelle elle sortit un fragment d’acier, qu’elle prit entre ses doigts avant de s’adresser à ses deux collaborateurs.

- L’artefact que nous avons remis à l’Empereur était un leurre, tout comme les raisons qui l’ont poussé à nous envoyer, le Seigneur Ôsaki et moi-même, dans les limbes de la Grotte de Dôkutsu. Ses sourcils se froncèrent et ses traits se durcirent tandis qu’elle posait sur la table le fragment de l’épée de Kuzanagi. Tennô Akamatsu n’a jamais voulu que nous revenions de ce périple, et s’il nous a envoyé vers ce qu’il croyait être notre dernier voyage, c’était pour que nous ne puissions pas interférer dans ses plans. Son regard s’arrêta sur Musashi. Et aussi étrange que cela puisse paraitre, c’est le général des naitô qui nous a permis de tromper l’Empereur grâce à l’alchimie. Elle fixa alors le métal posé en face d’elle, avant d’ajouter. Il est temps que la tyrannie imposée par l’oppresseur d’Oyashima cesse. Sa mâchoire et ses poings se serrèrent de concert. Les Ôsaki ont désormais le pouvoir de réduire l’Empire des Akamatsu en cendre, et cette fois ci, les Sakuma ne resteront pas dans l’ombre…

Yuki était plus que décidée à prendre part à la guerre qui se profilait et sa détermination n’avait d’égal que sa froideur. Rien ni personne ne pouvait défier la mort et le temps était venu pour elle d’illustrer les propos qu’elle avait tenu à Kazutoshi. Mais avant de s’aventurer dans ce qui pourrait entrainer la destruction du monde tel qu’elle le connaissait, la Dame du Sud préférait s’assurer de l’état de ses relations diplomatique avec le clan Daidoji mais aussi et surtout, de la manière dont elle pourrait tirer partie de la situation. Elle se tourna donc vers Seijuro, qui était resté silencieux jusqu’alors.

- Allons y...

_______________________________



« Dans le royaume érigé au nom de la vie, seule la mort gouverne »
Yuki Sakuma
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Face à la Mort   Ven 6 Juin - 18:13

Fier, il l'était encore plus quand la Dame Sakuma expliqua sa tromperie. Seijuro aurait également saisit cette opportunité. Et il ne pouvait que se réjouir, car son Seigneur éprouvait le même besoin, se détacher de ses obligations impériales. De sombres jours s'annonçaient pour Oyashima, pour le plus grand bonheur du Chef de Guerre. Un nouveau regard de sa Dame envers sa personne et le peu de son qui sortit d'entre ses lèvres suffit à faire comprendre à Seijuro qu'il devait les mener au Seigneur Daidoji. Il acquiesça d'un geste de la tête et se leva en premier suivi par les deux individus. Le groupe avança d'un pas tranquille jusqu'à sortir du palais. Seijuro expliqua alors rapidement :

" Le Seigneur Daidoji est à quelques kilomètres de la Cité, dans ma propriété. "

Des chevaux leur furent apporter et tous se mirent en selle. Si leur avancée fut longue dans un premier temps, car la cité était en ébullition, une fois l'entrée passait le chemin jusqu'à leur destination était dégagée de tout entrave. Deux samurai se joignirent à eux pour le trajet.

En effet Daidoji avait eu le droit à un traitement de faveur. Si Seijuro ne fait guère attention au rare prisonnier qu'il a pu faire dans sa vie, il prenait la peine de faire attention au rang de son prisonnier. Ainsi, il avait réservé ses propres appartements au Seigneur et il l'avait laissé sans entrave afin qu'il puisse se remettre sur pied dans de bonnes conditions. Mais, la petite propriété dont bénéficié Seijuro n'était pas luxueuse, loin de là. Bien qu'assez spacieuse, elle était ce qu'il y a de plus singulier. Quasiment aucune décoration si ce n'est qu'un petit autel d'Izanami. Deux domestiques dispensaient les soins à Nobuyoshi, lui préparer sa nourriture et s'occupait du mieux qu'il pouvait de lui. Il y avait aussi une cinquantaine de samurai dispersé autour de la maison affectés à la surveillance du Seigneur. La proximité de la cité permettait que les soldats soient relayé rapidement. Une unité de Shinobi était également en charge de surveiller les environs afin de prévenir tout attaque venant de l'extérieur. Le Seigneur devait être maintenant sur pied, bien qu'il n'ai pas totalement récupéré ses forces. Seijuro ne l'avait entrevue qu'une fois depuis son réveil et ne lui avait demandé qu'une seule chose, qu'il attende que Yuki Sakuma le rencontre avant de faire s'élever à nouveau des montagnes...

Sur le chemin qui menait à lui, il n'y avait que des champs à pertes de vues de chaque côté de la route. Seijuro s'adressa à Yuki pendant leur course hippique :


" Je pense qu'il serai bon de lui faire croire que nous avons des nouvelles de Mogami Jinpachi. Et faite attention, il est très suscep... "

Soudain, un renard à la fourrure blanche traversa le chemin et se planta instantanément devant la monture de Seijuro qui s'arrêta net et se cabra alors que les autres passèrent devant. Alors que le Chef de Guerre ne s'y attendait pas un autre événement vint s'ajouter. A sa grande surprise sa selle avait dû être mal sanglé, car celle-ci bougea ce qui eut pour effet de faire tomber son cavalier ! La chute fut sans trop de dommage car le guerrier était en armure. Le renard avait déjà disparu. Le chef de guerre échangea alors de cheval avec l'un de ses hommes qui les accompagnés et il se remit en route jusqu'à sa demeure...
Revenir en haut Aller en bas
Daîdoji Nobuyoshi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: L'homme le plus fort du monde!
Clan: Daîdoji


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Mer 11 Juin - 23:19

Daidoji grimaça en entendant le chant du coq le tirer de son sommeil, le vieil homme garda les yeux clos en quête de son sommeil perdu mais rien n'y fit, cette maudite volaille chantait déjà l'heure du départ...ou sonnait l'heure du glas pour ces imbéciles qui avaient été sacrifié pour joué les geôliers.
Le temps pour lui été venu de quitter cette cage doré.
Nobu se leva et s’étira longuement avant de défaire les diverses bandages et mettre a nu son corps usé par le fil des décennies.
Ses muscles étaient encore raide mais ces plaies étaient cicatrisé, bien assez suffisant pour se mouvoir avec aisance et planter son katana dans le cœur de ce chef de guerre qui avait eu le malheur de s'en prendre a lui.
Son armure au grand complet trônait sur un socle dans un coin de la pièce mais pas de trace de son marteau de guerre ni de ces deux wakizashi.


-Serviteurs!

Un pan de mur s'ouvrit pour laisser apparaître deux serviteurs dont l'un tenait dans ces mains un plateau chargé de victuaille.

-Pose mon déjeuné ici et aide moi a passer mon armure.Et toi dit il en désignant le second serf.Va me chercher un garde!

Le Seigneur du nord défit le obi de son kimono et laissa tomber l’étoffe de soie a même le sol pour se diriger nu vers son armure.Le serviteur désigné pour l'aider le suivit et déposa le plateau chargé d'un simple bol de riz blanc accompagné de lamelle de poisson mariné et d'une tasse de thé.Rapidement daidoji enfila son pantalon de laine et ces jambières d'aciers.

-Merci pour ton aide.

Le préposé désigné a assouvir les caprices du prisonnier releva les yeux vers l'homme du nord qui lui ordonna d'un signe de tête de se relever.Puis Daidoji vif comme l’éclair attrapa le serviteur par la gorge.Il sentit les battement de cœur de sa victime accélérer et muscles de sa gorge se broyer sous la pression infligé par la main du seigneur.La mort fut brutal et les spasmes musculaires durèrent encore de longue seconde après que Daidoji est balancé le corps agonisant vers un coin de la pièce.
Il se baissa vers le petit déjeuné mais ne s’intéressa pas a la nourriture. Daidoji jeta son dévolu vers la paire de baguette qui reposait a gauche du bol de riz.
Le second serviteur suivit du garde fit son apparition dans l'embrasure de la porte, leurs regards se portèrent vers le cadavre qui gisait puis sur le seigneur qui s'avançait vers eux.


- Il fait une crise, va chercher de l'aide!

Le serviteur regarda le garde qui donna son approbation d'un léger signe de tête avant de disparaître.Le samouraï lui s'avança vers le cadavre et se baissa pour tenter de le réanimé.Il se tourna vers daidoji qui le surplombait.Il tenta de le relever pour tirer son sabre mais le Seigneur lui planta la paire de baguette dans l’œil avant de lui écraser son poing dans le nez.Le samouraï lâcha la poignet de son katana pour porter les deux main a son visage ensanglanté. Daidoji en profita pour tirer le wakizashi du garde et proprement offrit une rédemption a l'homme en séparant sa tête de son corps.
Daidoji entreprit de détacher les armes du samouraï pour les passé a sa propre ceinture.L'acier était d'une piètre qualité constata t'il en tirant le katana de son fourreau, mais entre les mains de l'homme le plus fort du monde il deviendrait une arme d'exception.
Un second garde fit son apparition suivit du serviteur. Daidoji bondit et en quelques échanges élimina proprement la menace avant de retourner vers le reste de son armure qu'il enfila avant de se lancer dans sa chasse meurtrière.
Les couloirs du domaine furent rapidement tapissé de cadavre des malheureux gardes et serviteurs qui croisèrent la route du Seigneur Daidoji .
Méthodiquement il fouilla la maison a la recherche de Seijuro ou de l'amulette mais il ne trouva rien, pas une trace de ce qui lui fut été dérobé.
Ce voleur lui avait dit qu'il reviendrait, il n'avait plus qu'a l'attendre.
Daidoji trouva la pièce principal de la demeure ou baignait dans leurs sang une femme au service de la maisonnée et deux gardes.
Il prit place a même le sol face a la porte et posa son katana souillé par le sang de ses victimes a coté de lui puis yeux clos le Seigneur Daidoji se mit a méditer.
Un bruit de pas dans la maison le tira de son état second, combien de temps avait il passé ainsi, il n'en avait pas idée mais les cadavres autour de lui étaient déjà dans état avancé de décomposition.


-Le déshonneur n'a donc pas eu raison de toi! Prépare toi a payer de ta vie voleur! Daidoji cracha ses mots en voyant le chef de guerre.Il se leva son Katana a la main et jeta un regard sur l'homme et la femme qui l'accompagnaient.Celui de gauche était le Seigneur Musashi, mais son regard si arrogant était...différent.Le Seigneur du nord ne put s’empêcher de sourire en mettant le doigt sur ce qui clochait en voyant le moignon du jeune guerrier.

-La guerre est cruelle pour les faibles vassal.

Puis son regard se porta sur la femme qui accompagnait les deux guerriers, il ne l'avait jamais vu mais ne doutait pas de son identité....elle sentait la mort...voila donc cette dame a l'origine de temps de rumeurs songea t'il.


"...Dame Sakuma je présume, celle qui fait trembler les plus valeureux Seigneur envoie ces sbires tendre un piege a une vieillard blessé buvant un thé. J'avoue être grandement déçu..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamiizumi Musashi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shikai
Surnom: Saishin no Outsuke
Clan: Kamiizumi


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Mar 6 Jan - 23:38

Un silence de Mort envahit la salle principale. La Dame de Shinai fit son entrée accompagnée par son fidèle chef de guerre et son allié de Saishin. L'odeur du sang imbibait les moindres recoins du véritable massacre qui s'était déroulé dans cette pièce. Au centre, le coupable trônait fièrement, encore prêt à en découdre malgré ses multiples blessures de guerre : Daîdoji Nobuyoshi. Celui-ci tenait un katana fermement entre ses mains, mais les montagnes du Nord n'avaient pas leurs places dans les déserts du Sud. Les trois protagonistes étaient alignés face au meurtrier. L'atmosphère s'alourdit.

L'impératrice des morts s'avança lentement en direction du vieux Seigneur. Des ombres couraient sur les murs, du sol au plafond, en même temps que sa progression. Son visage caché par ses longs cheveux d'ébène, les bras le long de son corps, elle semblait imperturbable par l'ambiance morbide de cette pièce. Au contraire, elle s'en délectait. Arrivée à mi-chemin, son pied s'arrêta devant une flaque de sang. Elle fléchit les genoux et se baissa. Ses doigts fins passèrent au-dessus du liquide pourpre avant que l'index de sa main droite ne plonge dedans. Félinement elle lécha le sang qui ruilait sur son doigt. Un léger soupir s'échappa de ses lèvres entrouvertes.

La beauté froide se redressa et s'approcha Nobuyoshi. La pièce était plongée dans les ténèbres du monde de Yomi. Elle pointa le bout de son nez vers le Seigneur et renifla son odeur. Ses narines s'activaient tel un animal flairant sa future proie. Un sourire carnassier se dessina sur son visage pourtant si angélique. La mort rodait près du vieil homme. Elle le sentait. Le visage à quelques centimètres de celui du grand Daîdoji, elle plongea ses yeux bleus remplis de conquête et de pouvoir dans les siens. L'adoratrice d'Izanami resta figée pendant des secondes qui semblèrent durer une éternité. Ses pupilles étincelantes dans l'obscurité décortiquées l'âme du vieux guerrier.

Le chef de guerre s'approcha à son tour et mit le précieux Magatama dans une poche intérieure du vêtement de Nobuyoshi sans que celui-ci ne bouge. Il tapota deux fois sur l'épaule du Seigneur du Nord avec un léger rictus avant de reculer et de sortir de la pièce. La Dame Sakuma redevint impassible et se détourna à son tour du Barbare avant de se diriger vers la sortie. Son regard croisa celui du dernier Kamiizumi un court instant avant qu'elle ne disparaisse accompagnée de ses ombres. Seul les deux Seigneurs étaient désormais présents dans la salle. Musashi, la mine dure, fixait son homologue. Sa main droite touchait machinalement son épaule atrophiée.


« Étouffer les braises du Feu ardent est une erreur .. Un volcan qui se réveille est impitoyable pour celui qui a essayé de l'éteindre.
L'Empereur attend son inestimable amulette. »

_______________________________

"Au coeur des ténèbres, je ne cherche pas la lumière.. Je la crée."
Musashi Kamiizumi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shin-kabuki-rpg.forums-rpg.com
Daîdoji Nobuyoshi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: L'homme le plus fort du monde!
Clan: Daîdoji


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Mer 21 Jan - 21:58

Daidoji n'avait pas bougé quand la femme qui puait la mort c’était approché de lui.
Cette Sakuma et son maudit pouvoir pensa t'il en sentant son regard braquer dans le sien.Il n'avait pas confiance en elle et doutait vu son état actuel de pouvoir lui tenir tête bien longtemps si d'aventure les choses dégénéraient. Puis le chef de guerre s'approcha a son tour et délicatement déposa l'amulette dans sa poche avant de quitter la pièce accompagné de son Seigneur, Daidoji serra la poignet de son katana et lutta furieusement avec ces démons intérieurs pour ne pas pourfendre le chef de guerre.
Lui dérober ce qu'il avait eu tant de mal a trouver pour au final le lui rendre, quelle était le but de la manœuvre, l'intimider ? Pour qui le prenait il, il était l'homme le plus fort du monde et ne perdait pas son temps avec ce genre de sentiment pitoyable, non cela n'avait aucun sens alors quoi?

Le Seigneur suivit des yeux les deux membres du clan Sakuma quitter cette maison qui était la leurs pour le laisser seul en compagnie du vassal Musashi. Les deux hommes restèrent un temps silencieux mais Daidoji ne put s’empêcher de sourire en entendant le manchot s'adresser a lui tout en caressant machinalement son épaule meurtrie.


"...Et ces stupides métaphores vous ont elles été utile Vassal quand votre ennemie vous a fauché ce bras ?"

Le vieux Seigneur du nord se leva de son siège et détacha le manteau d'un mort qu'il passa négligemment.

"...Tant de faibles jouant aux samouraïs préfèrent passer leurs temps a conter fleurette en jouant les poetes des qu'ils ouvrent la bouche..."

Daidoji fit un pas en direction de musashi qui se tenait entre lui et la sortie.

"...Des faibles comme vous Seigneur Kamiizumi qui auraient mieux fait de parfaire leur art du sabre plutôt que celle de leurs langues...quoique, certains établissement de petits vertu seraient grandement intéressé par votre talent..."

Quelques pas seulement ne séparaient plus les deux homme égaux devant leurs pairs et pourtant si diamétralement différents dans leurs philosophies.

"...Je vous avez promis la mort si par mégarde nos routes se croisaient a nouveau.." Daidoji s’arrêta et braqua un regard méprisant sur l’épaule meurtrie avant de relever la tête pour planter son regard dans celui de Musashi. "...un autre a semble t'il prit la peine de vous infliger la correction que vous méritiez, mais dites moi Seigneur Manchot, avez vous eu le plaisir de sentir votre lame pourfendre votre bourreau ou avez vous offert votre bras en guise de paiement pour votre vie ? "

Mais le Seigneur du Nord ne prit pas la peine d’écouter la réponse, cela ne l’intéressait pas et sans attendre il laissa musashi seul dans la pièce, lui avait mieux a faire et du temps a rattraper pour remettre l'amulette a l'Empereur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kamiizumi Musashi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shikai
Surnom: Saishin no Outsuke
Clan: Kamiizumi


MessageSujet: Re: Face à la Mort   Jeu 22 Jan - 1:05

L'homme le plus fort du monde maniait l'art de la langue mieux que ce qu'il laissait paraître. Le Seigneur du Sud encaissa les moindres injures de son homologue sans montrer une once d'émotion. Continuant à masser son moignon, il observait le vieux Daîdoji déposséder le cadavre de son manteau avant de s'approcher de lui. Un instant, le dernier Kamiizumi envisagea la possibilité d'en finir avec cette ruine d'une ancienne époque. Ce vestige du passé, représentant les cendres d'un temps révolu, ne voulant pas trépasser de son plein gré. Pourtant, son heure n'était pas venue. Le Monde souterrain allait devoir encore attendre avant de pouvoir savourer la chair et les os du grand Nobuyoshi.

« Enma-Ô, gardien des portes des Enfers, vous appelle Seigneur du Nord. »

Musashi lâcha son épaule meurtrie pour poser sa main détendue sur la poignée de son Nodachi. Lorsque son ennemi prit la direction de la sortie et frôla sa partie atrophiée, il baissa son visage, plongeant sa face dans l'ombre de ses mèches d'ébènes. Sa voix retentit de nouveau, plus sombre et profonde qu'à son habitude.

« C'est la dernière fois que nous nous croisons vieux Daîdoji. Elle vous a choisi et Elle rôde autour de votre dépouille. Mais votre vanité vous empêche de voir son Ombre vous ensevelir. Votre puissance ne vous sera d'aucune utilité dans les ténèbres de son Royaume, celui de Yomi. Ses Dieux de la mort vous attendent Feu Nobuyoshi .. Les hommes de votre nature ont toujours une fin funeste. »

Le jeune Seigneur s'avança dans la salle, observant les défunts qui jonchaient le sol. Il s'assit en tailleur au milieu des corps inanimés. Des vies précipitamment envoyées dans les limbes par une seule personne. La loi du plus fort. Telle était l'essence profonde de l'humanité. Telle était la dimension absolue de l'humain. Le Pouvoir. Cette notion si subjective et pourtant si convoité par les mortels. Cependant, l'âge des Tyrans arrivait à son terme. Un nouveau cycle d'espoir débutait. Et le Seigneur du Nord n'avait plus sa place dans ce futur.
Musashi posa sa main droite dans la rivière de sang qui l'entourait, tandis que ses yeux se plongèrent dans le noir.


« Adieu Daîdoji Nobuyoshi. »
Levant sa tête vers le ciel, il murmura :
« Izanagi-Sama .. Votre ère est venue. »

_______________________________

"Au coeur des ténèbres, je ne cherche pas la lumière.. Je la crée."
Musashi Kamiizumi


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://shin-kabuki-rpg.forums-rpg.com
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Face à la Mort   

Revenir en haut Aller en bas
 

Face à la Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [GS: Lion vs Griffon] Le roi des airs face au roi de la nature, sous une pluie d'éclairs...
» Dans le sang et la boue, la foi devient un rempart face à la mort [ Lituanie ]
» [Fin Septembre 550] La Vie face à la Mort, une nouvelle fois [PV Asclépios]
» 18 octobre , commémoration de la mort d'Anténor Firmin
» C'est toujours la lois du plus fort, il faut se battre jusqu'après la mort..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Shin Sekai :: Minami (Région du Sud) :: Shinai-