Veuillez vous connecter pour entrer dans le nouveau monde des Samurais !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Sagi to Hana [Ft. Saitô Takara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sô Sesshû
avatar
| Chef de Guerre |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Gokai
Surnom: Moujin' sagi 盲人サギ ou サギの嵐 Sagi no arashi, Aosaginohi 青鷺火
Clan: Ryûzoji


MessageSujet: Sagi to Hana [Ft. Saitô Takara]   Sam 17 Mai - 14:27

21 Satsuki 733 > Shitsugen

Longue fut la route ayant menée notre protagoniste jusqu’en ce lieu.  Nombreux jours et nombreuses nuits sur la route là où le confort comparable à celui de la maison n’est pas toujours une option.  Alors qu’il était encore une jeune fleure du printemps, notre charmant personnage avait certes été habitué à la rigueur de la route.  Cependant, depuis quelques saisons celui-ci avait passé la plus grande partie de son temps à son domicile à contempler les mélodies et parfums des saisons.  Il ne s’aventurait nullement bien loin.  Les parfums du monde lui manquaient, chaque cité et village ont une chanson et Sô souhaitait écouter à nouveau les récits du monde.  À plus d’un Ri* de chez lui, notre protagoniste avait fait en ce jour une longue route sous le soleil chaud.  Dès le lever du soleil, il s’était mis en route et arriva à destination alors que l’astre céleste achevait son voyage.   Bien qu’il s’agisse ici d’un long voyage, celui-ci trouvait la route bien moins longue car il était en bonne compagnie.   Certes, il ne s’agissait nullement ici d’un voyage officiel, donc le groupe accompagnant Sô était limité à deux accompagnateurs. Puisqu’un tel voyage signifie aussi une certaine demande pour l’anonymat, car nombreux ennemies du clan aimerait bien mettre un terme aux jours de notre protagoniste.  Par ailleurs, la plupart des longs voyages se doit d’être sous l’ombre du secret… mais les justifications pour ce genre de précaution seront sujettes pour un tout autre récit.

En terre nordique, dans la région Shitsugen était la destination de la soirée.  La visite d’une cité allait apporter au groupe nombreux réconfort que la route n’avait nullement su leur procurer.  Déjà la fraicheur nocturne qui habitait la région caressait le visage de notre protagoniste.  Une froideur bien différente que celle d’Hariken.  La fraicheur en provenance de la mer de l’Est lui était ici une sensation familière, une sensation qu’il pourrait même qualifier comme étant réconfortante. Il est toujours bon, même en terre étrangère, de retrouver une partie de son chez-soi.   Que l’on en soi conscient ou nom, chaque être de ce monde ayant parti explorer de nouvelles contrées recherche autant le nouveau que le familier.  Pour notre protagoniste, le parfum de la mer de l’Est est son grain de chez-soi.

Au cœur de la cité, nombreux établissement cherchaient faire affaire avec nos voyageurs, invitant le trio à l’intérieur.  Nombreux divertissement étaient offerts, mais nul établissement qu’il avait croisé n’avait su attirer la curiosité de notre protagoniste.  En ce lieu peu familier, Sô devait se fier à ses accompagnateurs pour être guidé.  Dépourvu de la vue, celui-ci portait une attention particulière au son et parfums.  À chaque coin, la mélodie changeait progressivement, chaque district de la cité possédait sa chanson.  Certes les êtres ayant toujours le don de la vue ne pourraient sans doute point ce guider par les bruits de leur environnement, la vue procure un trop grand nombre de distraction.   Il est sans doute étrange de dire que notre protagoniste voit le monde bien plus clairement depuis qu’il a sacrifié ces yeux.   Il ne se laisse plus tromper par les apparences et voit maintenant au-delà du physique.

Suite à une brève balade, notre protagoniste s’arrêta devant un établissement.  À l’extérieur une femme aux parfums de cerisier s’y trouvait.   Sô tentait d’écouter la mélodie en provenance de l’établissement.  Voyant donc l’intérêt que portait notre protagoniste, l’un de ses compagnons de voyage prit la parole.
«Dan’na**… souhaitez-vous vous reposer ici?» prononça le jeune homme.

Notre protagoniste pencha la tête légèrement sur le côté, écoutant un peu plus les divers sons qui l’entourait. Celui-ci cherchait à se faire une image de l’endroit où il se trouvait.

«Hai…» répliqua Sô doucement

Le trio s’avança donc vers la dame au parfum de cerisier.   Celle-ci les accueillit poliment. Portant une attention particulière à la voix de celle-ci, Sô eut su qu’elle s’était poliment inclinée face au trio afin de les accueillir.  

«Irashimase cher voyageur …» dit la dame au parfum de cerisier dont la douce voix démontrait une certaine chaleur.

Notre protagoniste salua poliment la demoiselle avant d’entrer dans l’établissement.  Les lieux lui étaient peu familiers et notre protagoniste devait se fier un peu à ses compagnons afin de bien être dirigé.  Certes avec le service exceptionnel de l’établissement, cela ne prit qu’un bref moment avant que Sô ce retrouver dans une pièce où il serait divertis après ce long voyage et où il pourrait passer la nuit.   Une fois dans la pièce, le maître demanda au jeune homme qui l’accompagnait d’aller ce mettre  du lieu où se trouvait son lit.  Notre protagoniste porta alors attention aux pas de celui-ci dans le but de ce peindre un portrait mental de la pièce.  Ce dernier s’installa alors tout prêt d’un mur avant de s’assoir en seiza.

«Nul besoin de rester…  allez-vous reposer la route fut longue» dit alors notre protagoniste

«Hai» répliquèrent ses compagnons en harmonie.

La maîtresse d’établissement qui avait suivi le trio jusqu’à la pièce s’adressa alors à notre protagoniste alors que le duo quitta la pièce.  Elle possédait un parfum similaire à la dame qui les avait invités à l’intérieur, cependant il était plus mûr et la vie qu’elle avait menée paraissait dans sa voix.  Une voix humble et sage, mais aussi nettement plus ancienne que celle qui l’avait accueilli un peu plus tôt.  Il ne pouvait point déterminer l’âge de celle-ci, mais si celui-ci devait tenter de deviner, il dirait qu’elle possède environ le même âge que sa personne.

«Souhaitez-vous que je fasse venir une de nos dame Shu-sama***?»

«Hai»  répliqua alors Sô doucement affichant sur ses lèvres un léger sourire.

La dame quitta alors la pièce, fermant derrière elle le shôji.  Maintenant seul, notre protagoniste demeura en seiza, se reposant enfin suite à son long voyage.  Bientôt il allait avoir un peu de compagnie, mais pour le moment il profitait de cet instant en solitaire afin de méditer un peu.   Cela lui faisait du bien de se reposer et il est fort probable que ce soir celui-ci aura un sommeil nettement plus confortable que celui qu’il devait trouver sur la route.   Bref, cela ne prit qu’un bref moment avant que Sô entendit le rythme léger de pas puis le shôji de sa pièce s’ouvrir à nouveau.


[HRP : Un peu d’éducation au niveau de certains mots/termes utilisé
* Le Ri里 est une ancienne unité de mesure lors de l’époque féodal au japon, un Ri équivaut à 3927 mètres.
** Dan'na 旦那[だんな] maître de maison
*** Shu主 [しゅ] maître/seigneur, puisqu’il ne possède pas l’établissement, mais qu’il est évident qu’il possède une certaine importance et que son nom est inconnue jusqu’à présent. ]

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyonights.forum-canada.com/
 

Sagi to Hana [Ft. Saitô Takara]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Takara Dorei.
» Shika Takara ♥ [Terminé]
» Fruit de l'éclosion / Hana Hana No Mi
» Ano Hi Mita Hana no Namae o Bokutachi wa Mada Shiranai
» Hana Uchiha - Genin

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille-