Veuillez vous connecter pour entrer dans le nouveau monde des Samurais !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Au bout du couloir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Hayashi Fûko
avatar
| Chef de Guerre |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Sankai
Surnom:
Clan: Hayashi


MessageSujet: Au bout du couloir.   Dim 1 Fév - 20:12


Hayashi Fûko

 
« La plupart des femmes ne jouent d'autre rôle dans la société que celui de décorer la scène. Enfin c'est ce que les Hommes croient  »

 
✗ Nom : Hayashi.
✗ Prénom : Fûko.
✗ Âge : 24 ans.
✗ Titre : Chef de Guerre.
✗ Clan : Hayashi.
✗Armes: Yari.  
✗Plus grande peur: Ne pas avoir d’enfant.

 
 
Pourquoi ce personnage?

Je ne crois pas avoir choisi ce personnage ! En effet, je pense plus tôt que c’est le personnage de Fûko qui m’a choisi !

J’aime le principe de la femme forte et indépendante. Elle sait ce qu’elle veut et est déterminée. Je n’ai jamais eu de personnage au caractère aussi fort et j’avais envie de découvrir de nouveaux horizons. Je trouve qu’elle a du potentiel et que y a de grandes possibilités qui s’offrent à moi, avec elle.

Et puis, on a un point commun : notre peur ! :sort:



 
Test RP


« Que ces couloirs sont sinistres » se disait-elle. Seule dans la pénombre, Fûko Marchait silencieusement, sans un bruit, sans un son. S’enfonçant toujours plus profondément dans les entrailles du palais. Perdue dans ses pensées, elle en oubliait presque pourquoi elle s’était levée trois heures avant l’aube. Pourtant au fond d’elle-même les raisons de sa sortie nocturne étaient claires comme de l’eau de roche. Cela faisait des mois que ces petites escapades en dehors du palais duraient. Des mois que Fûko se repassait toutes les péripéties de sa vie sans cesse.

Après la mort de son petit frère adoré, la vie avait pris un gout amer. Blessée au plus profond de sons âme, elle se remémorait chaque minute de cette funeste journée. Chaque geste qu’elle aurait pu faire pour le protéger. Chaque acte qui aurait pu lui sauver la vie. La douleur la rongeait de l’intérieure.

Sa démarche s’en fit ressentir, ses pas se firent plus lourds. Malgré cela, elle gardait la noblesse et la grâce qu’une dame devait avoir en toute circonstance.
En pensant à son défunt frère, elle revoyait le nourrisson pleurant dans les bras de celle qui lui donna la vie, puis le petit garçon joueur, les yeux remplis d’admiration pour son père : lui ce grand héro de guerre.

« Il serait devenu un adolescent avide de gloire et de reconnaissance. Si il avait pu commencer pleinement cette partie de sa vie » se disait-elle.  Malgré ça, elle gardait la tête haute. De l’eau avait coulé sous les ponts. Il fallait penser à avancer ; protéger le vivant et vaincre. L’ennemie lui avait pris un être cher, désormais c’était à elle de leur enlever ceux qu’ils aimaient.

En attendant l’avènement de sa vengeance Fûko continuait de marcher dans les souterrains du palais. Tandis que les goutes s’échappant du plafond et heurtant le sol, rythmaient ses pas. L’humidité ambiante la fit frissonner. Regrettant de ne pas s’être habillée plus chaudement, elle continua son chemin sans sourciller. Divaguant de nouveau aux grès de ses pensées.  
Dans son malheur Fûko avait perdu un frère et un père. Tous deux résidant désormais dans le royaume des morts. Elle avait aussi perdu une génitrice, l’image d’une femme à la poigne de fer dans un gant de soie. Une femme responsable du crime ultime dans l’enceinte de son propre clan. Mais malgré toutes ces pertes, bien trop nombreuses, elle avait découvert une chose : Masato.
L’enfant adultérin de son père, dont elle ne soupçonnait pas l’existence. Il avait fallu ces tragédies, pour qu’ils se découvrent l’un l’autre. Certes il était diffèrent de son cadet, mais le nouveau venu de la famille n’était pas un mauvais bougre pour autant. Ce joyeux fêtard à l’humour noir et au caractère bien trempé, elle l’aimait bien, même plus que bien. Elle l’aimait comme un vrai frère. Et plus que tout, elle se promit de veiller sur lui, au péril de sa vie. Le protéger des complots, des traitres, des ennemies, mais aussi de Kenshin Ryûzoji, lui qui avait déjà tué un être cher.

Fûko vouait une haine sans merci à cet homme. En pensant à lui, la colère enfouie en elle, depuis la paix entre les clans, refit surface. Sa démarche devient plus vive et plus dure. Son corps laissait paraitre sa colère. Comment avait-elle pu laisser un tel individu assassiner son frère. Malgré ses talents de samouraï, il n’en restait pas moins un cretin impulsif ne réfléchissant pas trois secondes à l’incidence de ses actes. Toujours avec ce sourire de tombeur sur son visage ridiculement séduisant, ses yeux d’un jade hypnotique et ce corps à …

Fûko s’arrêta brusquement. Mais à quoi pensait-elle ? Kenshin Ryûzoji était sons ennemi juré. Un homme qu’elle devait détester pour ce qu’il avait fait. Et pourtant, Fûko ne pouvait pas se défaire de cette attirance pour lui. Réalisant que son cœur ne penchait pas du bon côté de la balance, elle se remit en route.

Le couloir sans fin qu’elle empruntait, n’était pas des plus raffinés du palais. La pièce sur laquelle il donnait non plus. Des cadavres de rats se décomposaient en silence dans un recoin de la salle. Tant dit qu’un soldat de confiance montait la garde, devant une large porte de fer. Adossait au mur, ce dernier s’était assoupi. Fûko posa sa main sur son épaule pour le réveiller. Dans un sursaut le jeune samouraï s’extirpa des bras de Morphée.

« Bonjour Monsieur, puis-je ? » Elle indiquait de sa main blanche, l’imposante porte. Confus le soldat ouvrit la porte et la laissa passer. S’arrêtant au seuil de celle-ci, la jeune demoiselle s’adressa une dernière fois au soldat, avant de disparaitre, un sourire malicieux sur son beau visage : « Ne vous inquiétez pas ! Ce sera notre petit secret ».

Au-delà de la porte métallique se trouvait une cage. A travers ces imposants barreaux, on pouvait distinguer une chambre. Une chambre comme celle du palais, aussi luxueuse que confortable, contrastant avec les parois de la prison. Quand les yeux de Fûko s’habituèrent à l’obscurité de la pièce, elle discerna une ombre à forme humaine. Une femme d’un âge certain, aux cheveux ébène et au teint pâle. Elle était assise sur une chaise contemplant les fleurs disposées sur la table basse. La femme ne remarqua même pas l’arrivée de la jeune femme.

« Bonjours mère ! »




 
 
what about You ?

Votre prénom et/ou pseudo ? Mes sœurs m’appelle Freud mais vous, simples mortels, pouvez m’appeler Lucifer !
Âge ? Freud ans.
Comment avez vous connu le forum ? Grace à ma grande sœur El Gringo !
Qu'en pensez vous ? Super beau niveau graphisme !!!!
Pepsi ou Cola? Je fais une intolérance alimentaire au soda donc eau gazeuse !?
Fréquence de présence ? 1 fois par jour environ !

       

Ps: Je signale être dyslexique. Donc mes RPs seront corrigés au maximum par El Gringo en personne mais sur la CB, je ferai mon possible pour limiter le plus possible mes fautes.


Dernière édition par Hayashi Fûko le Dim 1 Fév - 21:46, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uesugi Murasaki
avatar
| Capitaine |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Sankai
Surnom:
Clan: Uesugi


MessageSujet: Re: Au bout du couloir.   Dim 1 Fév - 20:20

Je viens de tomber de ma chaise pour mourir de rire, en lisant le pourquoi tu as pris Fûko. ..
Vous avez la même phobie ? Vraiiii-ment, Dixit la nana qui tombe enceinte en voyant un homme ?! Razz

Sinon bienvenue mon Freudylove. <3

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hayashi Fûko
avatar
| Chef de Guerre |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Sankai
Surnom:
Clan: Hayashi


MessageSujet: Re: Au bout du couloir.   Dim 1 Fév - 20:22

Merci ma Santa Maria chérie <3

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akamatsu Seito
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Gokai
Surnom: Saigo no Yoake
Clan: Akamatsu


MessageSujet: Re: Au bout du couloir.   Lun 2 Fév - 14:27

Bienvenue Hayashi Fûko,

Il me parait important de te préciser que je moque éperdument de ta dyslexie. Je ne peux malheureusement pas en tenir compte, sinon toutes les erreurs pourraient être justifiées (L'âge, les soucis personnels, le niveau scolaire...) et ce ne serait pas juste pour les personnes qui surmontent ses difficultés et nous produisent des écrits de qualité. Je me dois de juger de façon impartiale uniquement ce que je lis. J'espère sincèrement que tu le comprends...

Et ce que je lis plus haut est... beau, propre et évident. Je ne vois pas d'erreur dans l'écriture (Je me moque également de savoir comment et/ou par qui tu te corriges) et tes motivations me satisfont grandement. Mais plus que tout, je remarque qu'à chaque ligne de ce seul post Rp, tu as su parfaitement faire ressortir toutes les facettes de ce personnage inventé, nous prouvant sans détour que tu en avais compris les différents aspects.

Ta présentation est donc validée avec plaisir !

Puisse le vent semer en toi les graines de la création, Hayashi Fûko...

_______________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Au bout du couloir.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au bout du couloir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [mission] La folie , c'est au bout du couloir...
» " L'archéologie est la recherche des faits, pas de la vérité. Si c'est la vérité que vous cherchez, la classe de philosophie du professeur Tyree est au bout du couloir."
» [PAST]La Folie, c'est au bout du couloir.... [Mission] [PV. Haruno Hitsuki]
» joyeux noel et bon bout d'an !
» Un petit bout de parchemin qui dépasse..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: La Voie du Guerrier :: Présentations :: Présentations validées-