Veuillez vous connecter pour entrer dans le nouveau monde des Samurais !



 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresS'enregistrerConnexion

Partagez | .
 

 Une nuit à Sanmyaku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Daîdoji Nobuyoshi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: L'homme le plus fort du monde!
Clan: Daîdoji


MessageSujet: Une nuit à Sanmyaku   Dim 17 Nov - 10:48

Nerveusement Nobuyoshi tapotait de l'index de la main droite sur l'unique pièce de valeur qu'il avait pu capturer durant la parti, un simple fou.  Il grimaça en voyant l’étendu de la catastrophe a venir et d'une traite régla son compte au verre de saké qu'il tenait dans la main droite.

"...Encore perdu..."grogna t'il en fouillant dans les pans de son kimono pour y dénicher une bourse de soie d'ou il tira une seul et unique pièce qu'il jeta au visage du tenancier....un Ryo d'or...une fortune dans cette époque trouble même pour un Seigneur de Guerre. Nobuyoshi prit son wakizashi qui trônait a ses cotés et se releva, difficilement au vu des nombreux verre de saké qu'il avait bu au fil de la soirée, avant de glisser l'arme a sa ceinture.

"..Et pour le reste Seigneur Daîdoji..."
"..Le reste ? "  Interrogea Nobuyoshi en voyant le regard du tenancier se poser sur les deux bouteilles de saké vide et les restes d'un repas frugal qu'il avait dévoré. Cette.Cette petit parti de shogi lui avait déjà coûté un Ryo d'or, pas question qu'il ne dépense un sou de plus dans ce tripot.
 "...t'ai je parlé  Asatarō de l’impôt nouveau qu'il m'est venu a l'idée de créer, une taxe exclusive sur les Etablissements et tripots ou l'on pratique les jeux d'argent...combien te dois je pour cette pisse que tu oses appeler du saké ?"
continua Nobuyoshi en faisant mine de sortir sa bourse.

"Mais rien Seigneur Daidoji, c'est un honneur pour nous de vous avoir accueillit, laissez moi vous raccompagner."
Joignant le geste a la parole, Asataro se leva d'un bon et prit familièrement le bras de son Seigneur pour le guider vers la sorti. Les quelques serviteurs et clients encore présent se levèrent sur son passage et s’inclinèrent respectueusement de peur de croiser le regard de  Nobuyoshi qui venait de se faire délester d'une pièce d'or.
La lune avait depuis longtemps gagné son zénith quand nobu mit un pied dehors et quitta l’établissement.  Sanmyaku était silencieux a cette heure avancé de la nuit constata t'il, comme toujours. Mais il fut un temps, bien avant que cette guerre n’éclate ou il aurait trouvé une demi douzaine d’établissement pour y continuer sa viré nocturne, mais cela c’était avant.Cette pensé amer lui tira l'ombre d'un sourire.
Comme porté par les fantômes de son passé nobu décida d'un pas nostalgique de visiter les lieux de débauche de son passé. Deux silhouettes armée sortirent de l'ombre juste derrière lui et prirent sa suite, des gardes du corps imposé par son aîné. Deux jeunes samouraïs a peine sortit de l'enfance et bien loin d’être aussi âgé que lui lorsqu'il participa a sa première bataille.... il y a de cela plusieurs décennies...

Le croyait on sénile ou affaiblit au point d'avoir besoin de garde du corps... pathétique pensa t'il en dirigeant d'instinct la main vers ses armes, il pourrait tuer ses deux jeunes samouraï avant même qu'ils n'aient comprit que leurs têtes n’étaient plus rattaché a leurs corps.
Sa main glissa le long de son kaku a la recherche de son katana, ses doigts effleurèrent le fourreau de son wakizashi mais n'y trouvèrent rien d'autre. Un bref instant ses doigts se crispèrent et il s'interrogea puis il se rappela. Son katana,ce chef d'oeuvre légué par son père et créer par un forgeron de génie pendant l’ère de la mort, ce trésor du clan qui n’était plus aujourd'hui qu'un lointain souvenir. La garde et le fourreau trônaient respectueusement sur l'autel ancestrale du clan Daîdoji mais sa lame elle était éparpillé sur un champs de bataille de la dernière grande guerre.Encore un lourd tribut a cette guerre inutile pour le clan pensa t'il...
Seul restait du daishō son wakizashi qui trônait impérieusement a sa hanche, mais il n'avait pas besoin de plus pour se défendre . Il était bien entouré et qui serait le fou qui oserait attaquer le Seigneur Daîdoji sur ses propres terre.
Nobu bifurqua dans une impasse qui donnait sur l'une des artères principale de sa ville. Jadis cette rue était célèbre dans tous le nord pour ses maisons a hôtesse et ses tripots et le Seigneur qui était encore jeune a l’époque y avait perdu bien plus que son argent....
Nobu ne put s’empêcher de sourire en repensant a toute les nuits de débauche qu'il avait passé ici. Le quinquagénaire enjamba une caisse vide qui lui barrait le passage et entra enfin dans la rue de tous ses fantasmes....mais ici comme ailleurs c'est le silence qui régnait en maître absolut. Son sourire s'effaça et laissa place a la résignation, comment avait il put oublié..... la guerre, encore cette maudit guerre qui avait fauché tant de vie et mit fin a tant de chose. Nobuyoshi s'assit sur les marches de ce qui était jadis une maison de Thé...du thé pensa t'il c'est ce qu'il aurait du s’évertuer a boire car il sentait les déjà les premiers effets des deux bouteilles de saké qu'il avait eu la bêtise de boire.


-Takumi dit il en levant les yeux vers l'un des samouraï qui s'avança et posa instantanément un genou a terre. On m'a dit qu'une geisha visitait actuellement Sanmyaku . Trouves la et débrouilles toi pour qu'elle accepte de me tenir compagnie au château.

Le Seigneur de guerre se releva et laissa derrière lui la tristesse de la ville pour regagner sa propre forteresse.Une Geisha pensa t'il le sourire aux lèvres, voila bien des années qu'il n'avait pas eu le plaisir d'en voir une.


rp: je suis pas tres fort pour les monologues et ouverture de post( et l'orthographe aussi xD)donc je vous laisse libre de choisir votre arrivé au chateau
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une nuit à Sanmyaku   Mar 19 Nov - 15:44

Ruelle de Kaizan, Sanmyaku ville

Dans la nuit bleue, Takumi  marchait l’air inquiet tournant et retournant le problème dans tous les sens. Il se trouvait  bien  embêté, ne sachant point comment dire à son seigneur que son information était légèrement tronquée. Trop impressionné par sa majesté, Il avait loupé la chance de lui dire que non pas une mais des Geisha de plusieurs régions venaient  souvent distraire les hommes de son royaume. Et s’envoulait dans son fort intérrieur .
Tandis qu’il descendait la ruelle de Kaizan, il réfléchissait.  Après tout, pensait –il, sa mission était de ramener à son seigneur une geisha,  il lui suffisait de les rassemblés et  de choisir l’une d’entre elle. Mais il avait à nouveau peur. Et si son seigneur apprenait par mégarde ce qu’il a fait. Et si celle qu’il avait choisi ne convenait pas au goût du seigneur. De toute évidence la première chose à faire était de les retrouver et c’est pourquoi il était ici.  La maison tout au bout de la ruelle était celle  du passeur. C’était le surnom donné à un ancien samouraï unijambiste qui faisait partir des héros du clan.  Il avait également perdu son œil gauche en étant marqué par une cicatrice commençant de son front pour descendre jusque sa joue gauche. Toute geisha venant sur les terres De Daîdoji allait directement le voir car il leur permettait de trouver du travail ainsi qu’un Logement. Takumi était maintenant en face de la maison du passeur il prit un air sérieux  et s’écria:

    -Oyama Kyoku !

    -Entrer, dit un homme à la voix très grave

Takumi s’exécuta en faisant coulisser la porte et la refermant derrière lui, il vit le passeur assis sur un zabuton, une bouteille de saké à la main.

    -C’est très rare de voir une geisha de votre genre, dit-il en regardant le jeune samouraï

    -Je viens vous voir sur ordre du seigneur, répondit Takumi en évitant de rétorqué à la provocation, calmement il continua, J’ai besoin de connaître ou se trouve les différents logements des femmes étrangères venu vous voir.

Après quelques échanges le jeune samouraï ressortit avec les informations qu’il recherchait. Il n’avait que 7 femmes à retrouver 4 d’entre elles étaient logé à Jinsei et 3 autres à  Nokori.



Un peu plus tard, Quartier Nokori , Sanmyaku ville

   Allongé dans un futon,  Nanami sentit des mains tapoter et secouer son épaule, puis une voix résonner dans sa tête.

    -Kimi chan ! Kimi-chaan ! KI-MI-Chan

 Doucement,  elle ouvrit  les yeux et vis un visage s’illuminé d’un beau sourire. Nanami qui s’appelait Kimiko depuis une semaine, voyageait avec deux geishas du clan Hayashi qui avaient l’habitude de se déplacer sur les terres du Nord, dans le but de ne pas éveiller les soupçons. Aussi, le visage  très pale qui  se trouvait au-dessus du sien était  celui d’une jeune fille du nom de Momidji.  La ninja avait reçu  comme ordre de réunir des informations sur le clan Daîdoji. C’était une mission qu’un Ninja moins expérimenté qu’elle pouvait remplir.  Mais le stratège des Hayashi jaloux de sa proximité avec le roi, avait pris le malin plaisir de  le lui octroyer.
C’est ainsi, qu’elle se retrouva infiltrée en tant que geisha dans cette ville du nord du pays et qu’elle logeait depuis deux jours dans ce quartier plus ou moins animé. Momidji, assise sur ses genoux trépignait d’impatience.


    -Kimi-chan  as-tu entendu la  bonne nouvelle ?

    -Non, dit-elle en souriant légèrement, se mettant également en position assise.

La jeune fille  en face d’elle avait une apparence plus soigneuse que la veille de leur arriver.  Remarqua la ninja.

    -Il paraîtrait qu’un samouraï du nom de Ta..Na…, dit-elle en faisant mine de réfléchir, je ne sais plus,  a rassemblé toutes les geishas  de Jinsei et se dirige ici. Tu devrais vite te recoiffer  et t’habiller. Car d’après les mêmes rumeurs c’est dans le but de nous amener au palais. Minori est déjà prête !  

    -C’est effectivement une bonne nouvelle, répliqua Nanami en se levant, nous sommes ici depuis deux jour et déjà la chance nous sourit, dit-elle en rengeant son futon.

Evidemment cette phrase avait un sens caché mais la jeune fille toute heureuse l'avait interprété autrement. Aussi, elle en fit autant et se leva, puis jetta un  dernier coup d'oeil à la chambre avant de refermer la porte. Cela devenait intéressant pour la ninja.
Qui s’attelait à se préparer.



Rp : premier jet lol je suis pas bonne en mise en page  je  reviendrais ^^  mais enfin c’est en quelque sorte ma réplique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité




MessageSujet: Re: Une nuit à Sanmyaku   Mar 10 Déc - 18:10

Quelques jours plus tôt

Sur les terres du Nord, bien qu'il fasse plus souvent froid, Yuri avait une habitude de sortir sur la cours vêtu que d'un léger kimono pour prendre sa brise fraiche du matin. Mais son rituel ne s'arrêtait pas qu'à ça. Apres c'était son visage qu'elle plongeait quelque seconde dans un bol d'eau fraiche qui avait passé la nuit au frais. Ceci avait pour don de la réveiller et d'éveiller tous ses sens. Alors qu'elle essuyait son visage de cette eau froide, l'une des deux apprentis qui l'aidait à se préparer arriva à toute allure dans la cours, une lettre en main.

"Onee-sama! Onee-sama! Une lettre est arrivé pour vous!"

Oui, Yuri détestait de se faire tutoyer par les apprentis. Elle voulait absolument que les apprentis comprennent que tant qu'elles ne seront pas aussi douées qu'elle, le vouvoiement serait de mise. Yuri se retourna sur la maiko qui s'agitait bêtement. Agacer Yuri fronça les sourcils.

"Kana!! Combien de fois dois-je te dire qu'une geisha ne doit pas laisser sa joie éclater ainsi! Une geisha est une femme distinguer et gracieuse qui maitrise chacune de ses émotions. C'est ainsi qu'un homme est séduit! Bon, Fait voir cette lettre! L'à tu lu?" demanda-t-elle en tendant la main pour récupérer la lettre des mains de cette fameuse Kana. Cette dernière lui donna la lettre en essayant de récupérer son calme.

"Non je ne l'ai pas lu, mais d'après le messager, c'est une mission qui vous a été confié par notre seigneur pour offrir votre aide et expérience a un clan allié!!!"

En voilà une lettre des plus surprenantes se dit Yuri en lisant le message reçu. Suite à cela, elle replia la lettre et ordonna à Kana de préparer ses plus beaux kimonos et également de se préparer. Cette mission elle comptait l'exécuter de façon à ce que son Seigneur soit satisfait d'elle, elle avait là, la preuve que le Seigneur Osaki voulait savoir si elle serait digne de confiance.
Environ une heure plus tard, Yuri et sa protéger Kana se mirent en route. Pour les terres du clan Hayashi, là où elle débuta sa mission…

___________
Sanmyaku, ville
___________


«Onee-sama !! »

En pleine méditation comme chaque soir avant d’aller trouver le sommeil, Yuri se fit déranger par son apprenti. Cette petite avait le don de déranger Yuri au moment où il ne fallait pas. Mais bon, il fallait bien parfois laisser couler. Ainsi dont son apprentis entra dans sa chambre en trombe sans savoir contenir sa joie, encore une fois.

« Onee-sama ! Onee-sama ! J’ai une bonne nouvelle ! »

« Combien de fois je vais te dire d’apprendre a pas laisser ta joie s’exprimer ainsi, cela commence par m’agacer. Calme toi, assis-toi et conte moi cette bonne nouvelle ! »  Répondit Yuri, sur un ton très agacer, elle semblait être au bord de la crise. Ce qu’elle détestait par-dessus tout c’était d’être couper dans sa méditation, c’était le pilier principal de son grand calme. Kana s’exécuta alors et contenait son calme du mieux qu’elle pouvait.

« Un samurai semblerait réunir toute les geisha présente dans la ville pour nous amener à son seigneur ! »

Sans un mot, la jeune femme se levant et sorti son coffret de maquillage et commença déjà à se préparer silencieusement. Sur le moment, Kana ne comprit pas, elle mit un certain temps pour se décider à se lever et aller chercher un kimono pour Yuri. En revenant, Kimono soigneusement plier qu’elle portait sur une planche lisse de bois pour éviter d’abimer, Kana ne put s’empêcher de poser une question malgré qu’elle connaissait la réponse :

« Onee-sama….. P-Puis-je vous accompagner ? S’il-vous-plait ! Je montrerais que je suis digne d’être votre Meiko ! » Demande-t-elle avec une boule au ventre, peur d’être sermonner, cependant, Yuri garda le silence et d’un signe de main, invita sa meiko à l’aider à revêtir son kimono. Maquiller, coiffer et habiller, la jeune femme attrapa une broche pour décorer ses cheveux puis saisi son peigne et s’approcha de sa meiko.

« Je compte sur toi pour me faire honneur ! Vien, que je te coiffe ! »

Prête à exploser de joie, le regard de Kana croisa le regard soudainement meurtrier de Yuri et sur le coup, la meiko se ravisa et fit en sorte de contenir sa joie et l’évacuer par un discret soupir. Elle réalisait à quel point être calme comme Yuri était le résultat d’un long et laborieux travail. Mais Yuri elle-même continuait à travailler dur pour maîtriser chacune de ses émotions. En fin de compte, Yuri et Kana furent toutes deux prêtes à se présenter. Elles accueillirent le samurai et après avoir écouté sa requête, se mirent à le suivre calmement.

*J’espère que cette jeune ninja s’en sortira pour sa mission. Au moins… est-elle arrivée, déjà ? Que de questions…Je verrais de moi-même* pensa Yuri, le visage montrant un air doux et calme.

(Et encore désoler du retard ! *va au piquet*)[/color]
Revenir en haut Aller en bas
Daîdoji Nobuyoshi
avatar
| Seigneur |



Jisei no Ôyashima
Eveils: Shuukai
Surnom: L'homme le plus fort du monde!
Clan: Daîdoji


MessageSujet: Re: Une nuit à Sanmyaku   Dim 26 Jan - 18:02

Le Seigneur Daidoji était affalé sur une montagne de coussin dans un pièce de ces appartement privé donnant directement sur l'unique jardin privé de la forteresse d'ou il avait une vue imprenable sur la ville basse.
Il se leva pour prendre un énième verre de saké quand il entendit le glissement d'une porte et la voix familière de Takumi.

-Les Geisha sont la Seigneur Daidoji.
-Les Geishas?
s’étonna le quinquagénaire.Combien en a tu trouvé?
-Une bonne dizaine Seigneur.
-Et pourquoi en a tu amené autant ? J'avais dit une Takumi, Pas dix! As tu trouvé celle qui visite Sanmyaku ?
-Je crois oui.

-Alors amène la moi et renvoie toutes les autres!

Takumi s'inclina devant son Seigneur avant de disparaître pour exécuter les ordres.
Daidoji lui abandonna son verre de saké pour se diriger vers le jardin intérieur ou il s'agenouilla devant une fontaine pour y voir son reflet.
Il avait été beau il y a longtemps pensa t'il mais cette jeunesse flétrie avait disparu pour laissé la place a un visage buriné par le temps et les aléas de la guerre.D'un geste de la main il fit disparaître ce triste reflet pour regagner le confort de ses coussins ou il retrouva sa bouteille de saké.


Takumi réapparu dans la salle d'attente ou une dizaine de femme toute apprêté et plus belle les unes que les autres attendaient le bon vouloir du Seigneur du Nord.Le Samouraï s'avança vers l'une d'entre elle.

-Dame Harada Dit takumi le Seigneur Daidoji aimerait que vous le rejoignez dans ces appartements privé.Veuillez me suivre.

Le samouraï congédia les autres Geisha avant d'inviter la jeune femme a le suivre.Tous deux reprirent le couloir menant directement aux appartements de Nobuyoshi.


-Attendez un instant ordonna le samouraï juste avant de toquer a une porte avant d'y disparaître pour annoncer a Daidoji l'arrivé de son invité.
Puis takumi réapparu et invita la jeune femme a entré d'un geste de la main.


-Le Seigneur Daidoji vous attend Dame Harada.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé





MessageSujet: Re: Une nuit à Sanmyaku   

Revenir en haut Aller en bas
 

Une nuit à Sanmyaku

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La nuit du renouveau.
» Dans la nuit noire (Pollo)
» Une nuit d'ivresse humaine
» [Bande] Gobelins de la nuit
» La nuit, même si on est nyctalope, peut être dangereuse... [PV Gïlh'Or]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: HRP :: Corbeille-